AWS, Microsoft et Google continuent de se partager la tête du marché des services d’infrastructure de cloud, toujours en forte progression, tandis que tous ceux qui prennent place en dehors de ce classement n’affichent que des progressions ‘raisonnables’.

Y a-t-il une vie dans le cloud en dehors du Top 3 composé d’Amazon AWS, de Microsoft Azure et de Google Cloud ?

Ces trois là se partagent 55% de parts du marché du cloud au troisième trimestre 2018. Et nous en faisons notre Top 3 alors qu’en réalité c’est IBM qui occupe la troisième place, mais en recul régulier (de 0,5 point sur le trimestre) alors que Google affiche une progression de 1% et devrait rapidement prendre la place du géant historique de l’informatique. La même progression que le cloud d’Alibaba, nous y reviendrons.

CIS_Q318

Le Top 5 des services d’infrastructure de cloud

Les parts de marché des leaders des infrastructures cloud (cloud privé hébergé, IaaS Infrastructure-as-a-Service, et PaaS Platform-as-a-Service) se répartissent ainsi au troisième trimestre :

  • 34% - Amazon AWS (+1%)
  • 14% - Microsoft Azure (+2,5%)
  •   7% - IBM (-0,5%)
  •   7% - Google (+1%)
  •   4% - Alibaba (+1%)

Un marché trimestriel de 17 milliards $

Les acteurs des services d’infrastructure de cloud se sont partagé 17 milliards de dollars de revenus au cours du troisième trimestre, qui s’est pourtant affiché en baisse par rapport à la progression enregistrée au premier semestre.

Les dépenses de cloud ont augmenté de 50% d’une année sur l’autre. Le marché est tiré par l’IaaS et le PaaS, qui ont enregistré une progression de 51%. Le SaaS (Software-as-a-Service) maintient son rythme de 30%. Le recul est principalement imputable aux services de cloud privé hébergé.

Autre constat, la part de marché d’AWS est supérieure à celle cumulée de ses 4 concurrents suivants. Dont il faut d’ailleurs relativiser la progression. En effet, une progression de 1% chez Amazon se traduit par une hausse de chiffre d’affaires largement supérieure même aux 2,5% de Microsoft, compte tenu de leurs parts de marché respectives. Et plus encore qu’un Google ou un Alibaba qui partent de plus bas…

Que reste-t-il aux autres acteurs ?

Tous les acteurs du cloud profitent en théorie du marché en progression. En réalité, en dehors de quelques grands acteurs ou de marchés verticalisés (Alibaba, Oracle, Salesforce, etc.) qui arrivent à tirer leur épingle du jeu, les opérateurs de taille petite et moyenne doivent se contenter d’enregistrer une "croissance raisonnable de leurs revenus". Certains s’en contentent, mais il est probable que tout le monde n’y survivra pas...

Source : Synergy Research Group

Image d’entête 507453101 @ iStock Photo tacktack

AUCUN COMMENTAIRE