La pandémie a un impact sur la conformité AML et les stratégies de fraude. C’est ce que prouve une nouvelle étude de FICO axée sur les principaux défis auxquels les équipes nord-américaines chargées de la fraude et de la criminalité financière sont confrontées.

Cette enquête, menée par le cabinet d'études indépendant OMDIA, pour le compte de FICO (Fair Isaac Corporation, une entreprise de logiciel analytique californienne)

révèle que plus d'un tiers des personnes interrogées (38 %) ont déclaré que les contraintes liées à la pandémie constituaient un défi opérationnel majeur.

Depuis le début de cette pandémie, l'une des plus grandes exigences pour les opérations de fraude et de criminalité financière a été la capacité à s'adapter rapidement.

68 % des cadres supérieurs ont déclaré que le travail à distance avait eu un impact majeur sur le maintien de fonctions efficaces de prévention de la fraude et de la criminalité financière au sein de leur organisation, au cours des 12 derniers mois.

Par exemple, gérer la collaboration entre les fonctions de lutte contre la criminalité financière et permettre la productivité du personnel travaillant entièrement à domicile pendant la pandémie.

D'autant plus que les services de lutte contre la fraude et la criminalité financière ont été confrontés à des niveaux accrus d'attaques de fraude. Près des trois quarts (70 %) ayant déclaré que l'augmentation des attaques de fraude avait eu un impact majeur sur leurs opérations.

Les professionnels ont identifié quelques domaines clés qu'ils cherchent à continuer à améliorer. Par exemple, la nécessité pour les institutions de mieux identifier les défis émergents en matière de criminalité financière (54 %) et la possibilité d'obtenir une vue complète du client lors de l'examen des alertes (43 %).

De plus, 38 % ont noté la nécessité d'augmenter la vitesse de réponse aux menaces en constante évolution. Enfin, 64 % ont déclaré qu'il fallait poursuivre les efforts pour permettre au personnel de travailler à domicile.

D'autres défis opérationnels ont eu un impact sur les fonctions de protection contre la fraude :

  • L'obtention d'un personnel qualifié et expérimenté (38 %)
  • Des ressources insuffisantes (36 %)
  • Des impacts des activités de lutte contre la criminalité financière sur l'expérience client (45 %)
  • L'utilisation de systèmes multiples dans les processus opérationnels (46 %).

« La pandémie a mis à rude épreuve de nombreux secteurs et fonctions, y compris la fraude et la criminalité financière, car les fraudeurs ont essayé de tirer parti de nouvelles opportunités et de l'évolution du comportement des clients », a déclaré TJ Horan, vice-président de la gestion des produits chez FICO.

publicité