La pandémie du covid-19 a entrainé le confinement d’environ 3 milliards de personnes. Toutes ne font pas du télétravail ! Mais pour les fournisseurs de cloud, c’est un test grandeur nature de leurs infrastructures, selon les recherches de Forrester.

Si l’Internet ne risque pas d’être saturé de par sa nature même, les services cloud peuvent-ils résister à d’aussi fortes demandes ? Pour le savoir, Forrester et GlobalData ont publié leurs évaluations des impacts de la pandémie sur les services dans le cloud.

Le cabinet Forrester a noté les efforts suivants dans son rapport du 12 mars :

  • Amazon Web Services a inclus la réponse à la pandémie dans son plan de résilience et s'adapte régulièrement aux pics de demande, comme c’est d’ailleurs le cas lors des Black Friday ou des soldes.

Les politiques et procédures de réponse à la pandémie ont été intégrées dans le plan de reprise après sinistre. Des mesures ont été prises pour assurer une capacité suffisante et la continuité des services.

  • Google Cloud a constitué un groupe de travail en interne pour planifier et atténuer les impacts commerciaux résultants de cette crise. Le groupe a exprimé sa confiance dans le fait que ses systèmes peuvent continuer à soutenir ses clients pendant cette période.
  • Microsoft Azure a connu une augmentation de plus de 700 % des réunions, appels et conférences sur sa plateforme de collaboration à distance Teams depuis le 31 janvier.

Dans le même temps, l'utilisation de Teams sur les appareils mobiles a augmenté de 200 %. Microsoft maintient la disponibilité des services dans le cloud en exécutant plusieurs instances dans des lieux géographiquement dispersés.

Pour Forrester, il n’y a donc pas de raison de paniquer sur la capacité du cloud, étant donné la décennie passée à sa mise en place massive. La montée en puissance s’est fait progressivement ce qui a permis aux providers d’augmenter progressivement leurs capacités.

De son côté, GlobalData constate que cette pandémie stimule non seulement la demande pour le cloud computing, mais aussi pour d'autres solutions informatiques telles que l’Edge computing.

Selon GlobalData, les fournisseurs de cloud tels qu'Amazon, Google, Microsoft et Verizon pourraient bénéficier de cette crise sur une période de 12 mois. Par contre, les fournisseurs d'IaaS (Infrastructure en tant que service) de deuxième et troisième niveaux ayant des bases de clientèle moins fiables pourraient être les grands perdants.

« Il est clair que le cloud est important pour la continuité des opérations », a déclaré GlobalData. « Toute organisation qui a activement résisté à la numérisation est maintenant confrontée à une dure réalité. Cela place les fournisseurs de cloud en position de force ».

Source : Forrester et GlobalData

1 commentaire