Le psychologue cognitif Georges A. Miller a publié en 1956 l’un des articles les plus cités de l'histoire de la psychologie : la mémoire à court terme de l’humain moyen ne peut mémoriser que sept éléments, plus ou moins deux !

Vous éprouvez des difficultés à mémoriser dans l’instant, à mobiliser votre mémoire à court terme… Sachez que cela n’a rien d’anormal, c’est même dans la moyenne de l’humain.

photoGeorges A. Miller (photo ci-contre), un psychologue cognitif (la psychologie de notre capacité à apprendre) de l’Université de Princeton, avait un problème avec le nombre entier 7, qui le persécutait... Il l’a évoqué dans un article devenu célèbre : « The Magical Number Seven, Plus or Minus Two: Some Limits on our Capacity for Processing Information » publié au Psychological Review en 1956, qui a fait de 7 un « nombre magique ».

Il y révélait que « Mon problème est que j'ai été persécuté par un nombre entier. Pendant sept ans, ce nombre m'a suivi dans mes données les plus privées, et m'a attaqué à partir des pages de nos revues les plus publiques... Soit il y a vraiment quelque chose d'inhabituel sur le nombre ou sinon je souffre de délires de persécution ».

La loi de Miller et le nombre magique

Il s’est donc intéressé à ce nombre, et lui a associé la remarque qu’en moyenne les gens sont seulement capables de conserver en mémoire environ 7 unités de nouvelles informations « plus ou moins 2 », soit donc de 5 à 9 informations en mémoire à court terme.

Testée sur une large population, la ‘loi de Miller’ - appelée ainsi après le succès de son article car il s’agit bien d’une loi, à savoir qu’elle se vérifie mais ne peut se démontrer, tout comme l’est la loi de Pareto ou loi des 20/80 – s’est vérifiée dans le fait, en moyenne la limite de précision de notre mémoire à court terme est 7, plus ou moins 2.

La loi de Miller revue à la baisse

Sachez tout d’abord que des recherches récentes (les recherches de J. Farrington publiées en 2011) ont démontré que la loi du nombre magique serait fondée sur une interprétation de l’article de Miller - l'association de notre capacité de mémorisation à court terme avec le 'nombre magique' de Miller - et que dans la pratique le nombre de nouveaux éléments qui peuvent tenir dans la mémoire à court terme ne serait que de 3 ou 4.

Autre fait important, Miller évoque non pas des informations brutes, donc 1234567 par exemple, mais des « chunks », à savoir des ‘morceaux’, les 5 ‘morceaux’ ou plutôt segments coupés d’un numéro de téléphone 11 22 33 44 55 par exemple.

Ainsi, pour surmonter les limites de la loi de Miller nous pouvons mieux organiser l’information à mémoriser rapidement en ‘morceaux’ familiers, comme le numéro de téléphone. C’est ce qui explique l’efficacité des moyens mnémotechnique dans les méthodes de mémorisation.

Mémorisons les planètes

En voici un exemple célèbre avec les phrases pour retenir par coeur les 8 planètes du système solaire, Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune. 

MEs Vieilles Tortues MArchent Justement Sur Un Ninja = MErcure, Vénus, Terre, MArs, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune

Ou encore :

ME Voici Tout Mouillé, Je Suis Un Nuage

Voire en plus étendu :

Mon Voisin Très Malin A Justement Surpris Une Naine = Mercure, Vénus, Terre, Mars, ceinture d'Astéroïdes, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune

Pour notre culture, rappelons que l’Union astronomique internationale a pris la décision de reclasser 5 objets célestes dans la catégorie des planètes naines : Cérès, Pluton, Makémaké, Hauméa et Eris. Ce qui a entrainé le retrait de Pluton de la liste des planètes du système solaire. Et qu'aujourd'hui la communauté scientifique est à la recherche d'une 9ème planète, démontrée par les équations mais non encore validée dans les faits !

Image d’entête 516131968 @ iStock navi412

AUCUN COMMENTAIRE