Une étude réalisée par l’OPIIEC pour le Syntec Numérique fait le point sur les emplois (en progression), les compétences (en mutation) et les formations (déficitaires) au sein des ESN et des ICT en France.

Les métiers des ESN (Entreprises de Service du Numérique) emploient 212.300 personnes en France, en progression de 2,9 %. Auxquels s’ajoutent 116.000 personnes dans les ICT (Sociétés d’Ingénierie et de Conseil en Technologie), en progression de 4,2 %, dont environ 40 % de l’activité relèvent de celle des ESN.

Les ESN recrutent, et représentent une forte source d’emplois sur le marché de l’informatique et des technologies. 232.000 recrutements devraient avoir lieu dans ces entreprises au cours des 10 prochaines années.

Les métiers qui recrutent

Au delà des métiers historiques de l’informatique, qui représentent 45.000 emplois à créer, les recrutements devraient concerner principalement :

  • Sécurité et sécurisation des systèmes (33.500)
  • Objets connectés et interactions (23.300)
  • Industrie du futur (23.000)
  • Certification et traçabilité (18.600)
  • Smart grid, transition énergétique, nouvelles énergies (16.800)
  • Gestion et exploitation des informations (16.700)
  • Véhicules autonomes et mobilité (16.500)
  • Smart city / Smart building (15.700)
  • Cloud entreprise (6.600)
  • E-santé, santé prédictive (5.300)
  • Digitalisation des processus (5.200)
  • Adaptation de l’entreprise (3.500)
  • Planification de grands projets (1.700)
  • Services B2B et B2C (1.200)
  • Nouvelle économie, social business (160)

Les métiers qui se transforment

L’étude vient confirmer que les métiers de l’informatique sont en pleine transformation. Ont ainsi été identifiés (avec des exemples) :

  • 19 nouveaux métiers – consultant blockchain, BIM modeleur, tacticien de l’usine du futur, responsable usage et communauté…
  • 24 métiers se développent – roboticien, consultant UX/UI, développeur API, consultant SaaS, Risk Manager…
  • 16 métiers sont en mutation – réglementation, CIL, énergicien, automaticien, intégrateur d’exploitation, architecte logiciel…
  • 17 métiers sont potentiellement en déclin (touchés par l’off-shoring, l’automatisation, l’IA) – administrateur de bases de données, administrateur d’infrastructure, dessinateur/projeteur, analyste d’exploitation…

Des formations et des compétences

L’étude souligne (rappelle…) que l’offre de formation ne répond pas entièrement aux attentes du secteur. L’adéquation entre l’offre de formation et les attente des entreprises est loin d’être favorable.

Si certains domaines sont en phase - Gestion et exploitation des informations, Objets connectés et interactions, Planification de grands projets, Cloud entreprise, Sécurité et sécurisation des systèmes (même si cela reste discutable, par exemple sur la sécurité !) - les autres domaines sont loin de l’équilibre, voire fortement déficitaires comme sur Certification et traçabilité, E-santé, santé prédictive, Véhicules autonomes et mobilité, et Smart city / Smart building.

Enfin, l’étude souligne les attentes des ESN et ICT en matière de compétences comportementales (savoir être) face aux compétences technologiques (savoir-faire). Les métiers d’aujourd’hui et de demain devront offrir un équilibre entre l’expertise métier et l’expertise technologique.

Image d’entête 831548372 @ iStock Bigmouse108

AUCUN COMMENTAIRE