En cette période de troubles liés à la Loi Travail, le politique et le juridique s’invitent au sein des considérations des directeurs financiers dans leur stratégie d’embauche.

L’incidence de la politique d’un pays sur la vie des entreprises n’est plus à démontrer. Et lorsqu’un pays comme la France cumule un projet de loi sur le travail qui fait polémique et une perspective électorale dans 12 mois, l’influence sur le climat et l’embauche se fait forte.

Pour autant, 86 % des DAF prévoient de recruter de nouveaux collaborateurs cette année, principalement en CDI, et pour plus de la moitié en création de postes. L’optimisme est donc de rigueur.

Les DAF face à l’embauche

Le cabinet Robert Half a pioché dans son panel pour interroger 200 DAF sur ce qu’ils considèrent aujourd’hui comme des freins à l’embauche. S’il n’y a pas une tendance forte qui émerge, les réponses sont en revanche partagées et démontrent un environnement incertain :

Les freins à l’embauche pour le DAF :

  • 28 % - la performance des entreprises
  • 28 % - l’économie nationale
  • 21 % - le budget alloué aux rémunérations
  • 14 % - le Code du travail et les lois relatives à l’emploi

Traditionnellement, l’environnement économique de l’entreprise et de son marché a une forte influence sur le climat social des entreprises et de leurs responsables financiers. Mais nonobstant l’optimisme affiché des DAF, s’y ajoutent le climat social et l’instabilité politique qui s’inscrivent en obstacles sérieux.

Le défi des réglementations

À quelques encablures du Top 3 des freins à l’embauche pour les DAF figurent le Code du travail et les lois relatives à l’emploi. Le sondage a été réalisé en décembre 2015. Quatre mois après, les réponses seraient-elles les mêmes ? Les DAF sont certainement sensibles à la Loi Travail, mais rien ne démontre que leur point de vue sur ces contraintes ait changé.

C’est là que l’on s’intéressera à une autre question, le niveau de difficulté imposé par certaines réglementations.

Qu’est-ce que les DAF jugent complexe pour leur service ?

  • 86 % - le régime fiscal
  • 82 % - les rapports financiers
  • 81 % - le Code du travail et les lois relatives à l’emploi

Autant dire, compte tenu du faible écart entre ces trois composants réglementaires, que globalement la Loi et les règlements français qui ne font qu’apporter de la complexité !

Source : Robert Half Image d’entête 65838339 @ iStock grafico2013

AUCUN COMMENTAIRE