Un recruteur sur 3 se déclare convaincu qu’un candidat convient au poste proposé en moins de 10 minutes...

Passé la barre du CV, essentiel mais pas suffisant, vient l’épreuve pour les candidats retenus du premier entretien. En quelques minutes, le DG ou le DAF qui vous reçoit (505 d’entre eux ont été interrogés par Robert Half) va vous évaluer, positivement ou négativement. Et il lui suffira parfois de quelques secondes seulement pour se faire un  jugement.

Le rôle crucial du premier entretien

L’étude nous révèle que chez les représentants de l’entreprise qui assurent le premier entretien d’embauche :

  • 30 % déclarent être convaincus qu’un candidat convient parfaitement au poste vacant en moins de 10 minutes.
  • 25 % prennent leur décision dans les 30 premières minutes de l’entretien.
  • 17 % confirment arrêter leur choix juste après le premier entretien.

Etape suivante...

Si la première impression lors d’un entretien d’embauche est déterminante dans le processus de recrutement, environ un tiers des recruteurs vont pousser jusqu’à un second entretien pour confirmer leur point de vue.

  • 14 % considèrent que c’est la dernière étape qui les convaincra de la justesse d’un candidat.

On notera, avec une certaine surprise, qu’à l’opposé de la croyance qui place la consultation des réseaux sociaux en critère de sélection, seuls 6 % des personnes sondées ont indiqué que la vérification des références détermine leur choix final.

Conseils de chasseurs de têtes

Les experts de Robert Half nous donnent quelques recettes pour faire la meilleure impression possible lors d’un entretien d’embauche :

1Arriver à l’heure

Clairement, le premier faux pas à éviter lors d’un entretien. Arriver quelques minutes en avance permettra même de vérifier tenue et coiffure, et pourquoi pas de relire une dernière fois calmement son CV.

2Préparer son langage corporel

Il est admis que dans une conversation en face à face :

  • 7 % des messages seraient transmis par les mots,
  • 37 % par la voix,
  • 56 % par les gestes.

Poignée de mains ferme, sourire franc, mains posées sur la table, assise stable sur la chaise, rythme de parole calme, gestuelle sobre…voici autant d’indicateurs qu’observera le recruteur.

3Se renseigner sur l’entreprise

Les recruteurs attendent des candidats qu’ils se soient renseignés sur les activités de l’entreprise ainsi que sur son écosystème (marché, concurrents…). Il est essentiel de bien comprendre ce que fait l’entreprise et le poids qu’elle a sur son secteur avant de se rendre à l’entretien d’embauche.

4Bien maîtriser le contenu de son CV

Pendant l’entretien, il est évident que le recruteur posera des questions sur le parcours du candidat. Il revient donc à ce dernier de savoir expliquer, clarifier, chaque point qui y est mentionné.

5Anticiper les questions classiques et insolites

« Parlez-moi de vous », « Pourquoi voulez-vous travailler chez nous ? », « Où vous voyez-vous dans dix ans ? », « Quelles sont vos qualités et vos défauts ? », « Quel est votre plus grand échec ? Votre plus grand succès ? », etc. Classique, dira-t-on, et pourtant, ces questions sont régulièrement posées, et il est préférable de préparer des réponses sincères. Quant aux questions plus insolites : « Un pingouin passe la porte, un sombrero sur la tête, que dit-il et pourquoi est-il là ? », elles servent essentiellement à considérer votre attitude.

6Être enthousiaste

Le dernier conseil, mais peut-être le plus important. Le futur employeur doit voir la motivation du candidat, son envie, son potentiel d’engagement, sa volonté d’apprendre et d’évoluer dans l’entreprise.

Image d’entête 812807718 @ iStock OstapenkoOlena

AUCUN COMMENTAIRE