La mode est aux réorganisations et scissions des géants historiques des IT. Symantec s'apprête à suivre le mouvement et faire renaitre Veritas pour rendre sa division gestion de l'information indépendante.

En image, le nouveau logo de Veritas Technologies Corporation.

Encore une scission d'un géant des IT qui commence à prendre forme. La réorganisation d'IBM (lire « Rumeurs sur IBM, 120.000 ou 12.000 licenciements ? ») et celle de HP (lire « La nomination du patron de HP Inc. vient confirmer que la scission est en route ») sont en cours, voici venir Symantec.

L'opération n'est pas nouvelle, nous l'avons évoquée dès octobre dernier (lire « Symantec aussi cède à la mode du 'split' »). Elle prend en revanche une tournure inattendue, puisqu'elle annonce le retour de Veritas en tant qu'entreprise indépendante, Symantec conservant l'activité sécurité.

Veritas renait de ses cendres

Il y a 10 ans, Symantec avait lancé la mode des acquisitions géantes en s'offrant le spécialiste de la sauvegarde des données Veritas. Si la marque est restée, les produits se sont fondus dans la masse du catalogue de Symantec. Et, il faut bien le reconnaitre, y ont perdu une partie de leur ame ! Michael Brown, le CEO de Symantec, a cependant reconnu que « Veritas reste une marque puissante dont le capital est encore très élevé auprès de nos clients, partenaires et employés ».

Cette notoriété conservée donne tout son sens au choix de donner le nom Veritas Technologies Corporation à l'entité de gestion de l'information qui va naitre de la scission de Symantec en deux sociétés indépendantes et cotées en bourse. Veritas se voit affecter une activité qui au sein de Symantec a généré en 2014 un chiffe d'affaires de 2,5 milliards de dollars.

Bon débarras ou nouvelle chance ?

Avec son chiffre d'affaires, la nouvelle entité, spécialisée dans la sauvegarde, occupe globalement 20 % du marché. Cette activité a cependant été peu valorisée par Symantec, alors que le marché affiche une forte croissance. Probablement parce qu'il est porté par les environnements tout-en-un, sur lesquels Veritas peine à retrouver sa place !

La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si Symantec se décharge d'un boulet que la firme n'a pas su faire fructifier, ou si la scission va permettre à Veritas de retrouver de sa superbe perdue ?

Une autre question stratégique se pose également : qui va prendre la tête de Veritas Technologies Corporation ? Chez Symantec, la division gestion de l'information a un patron, John Gannon. Mais le bonhomme approche les 70 ans. Veritas pourrait s'offrir un CEO tout neuf, la révélation sera très attendue car elle pourrait donner un signe fort sur l'avenir de la nouvelle entreprise.

AUCUN COMMENTAIRE