Le marché français du cloud computing enregistre une croissance annuelle moyenne de 29 %, et devrait franchir cette année la barre symbolique des 3 milliards d'euros. Mais pour quels usages ?

Le marché du cloud en France affiche une progression moyenne de 29 % d'une année sur l'autre, qui se prolongera jusqu'en 2018. Les chiffres sont certes élevés car nous démarrons de très bas, mais ils sont malgré tout impressionnants. Selon le CloudIndex de PAC, le marché devrait dépasser les 3 milliards d'euros avant la fin de l'année. En partie tiré par le cloud public (principalement SaaS) qui a dépassé le milliard d'euros.

Les services profitent également de l'engouement pour le cloud. Qui par ailleurs, n'ayant pas vocation à être isolé du système d'information, nécessite du conseil, de l'accompagnement et de l'intégration. C'est ainsi que, de 1,2 milliard d'euros en 2013, le marché des services à destination du cloud devrait afficher une croissance annuelle moyenne de 39 % également jusqu'en 2018.

Les principaux usages du cloud

  • Le SaaS (Software-as-aService), nous l'avons évoqué, est le principal usage du cloud, qui concerne 1 entreprise du 2. Plus précisément, ce sont 48 % des entreprises interrogées par PAC qui l'ont affirmé.
  • Le Iaas (Infrastructure-as-a-Servie) concerne 29 % des entreprises, principalement les grands comptes et les ETI (entreprises intermédiaires) à la recherche de solutions alternatives pour disposer à la demande de serveurs, de puissance de calcul, de plans de sauvegarde ou de capacités de stockage de données.
  • Le PaaS (Platform-as-a-Service) ne concerne que 5 % des entreprises interrogées. Rappelons que le PaaS associe le IaaS dans la mise à disposition à la demande d'infrastructure informatique, complétée par les outils nécessaires à la construction d'une architecture de système d'information. Cette approche de plateforme cloud séduit principalement les développeurs, mais demeure en retrait, probablement par manque de maturité des entreprises sur le nuage. Le PaaS est en revanche porteur d'avenir.

Les applications en mode SaaS

Si la messagerie demeure la première activité pratiquée en mode SaaS, les collaborateurs des entreprises sont de plus en plus concernés par les applications et services dans le cloud. Ainsi, dans 59 % des entreprises qui ont adopté le cloud, plus d'un quart des employés accèdent à des applications dans le nuage. Ce sont pour 56 % des outils bureautique Office et de collaboration, pour 26% des outils RH, pour 22% des applications verticales et métiers, pour 22 % des CRM, pour 19 % des outils de finance, pour 15 % des outils de BI (Business Intelligence) et pour 11 % des SRM/SCM (Supplier Relationship Management et Supply Chain Management).

Les interrogations sur la sécurité du cloud demeurent

S'il est un domaine qui demeure sensible pour les entreprises, c'est celui de la sécurité. Avec 48 % des répondants qui ont avancé cet argument, les problèmes de sécurité sont le principal frein au déploiement du cloud. Suivent l'absence de solutions adaptées au métier (39%), la problématique de la transition (33%), l'absence de démonstration des gains financiers (29%), et la performance des solutions proposées (18%).

 

AUCUN COMMENTAIRE