L'Apple Watch n'est ni une montre aux fonctionnalités étendues, ni un mini smartphone, c'est le compagnon de l'iPhone. Un complément à 350 euros, quand-même ! Et dont la majorité des usages reste à construire.

Si l'iPhone 6 s'inscrit dans la continuité des tendances sur les smartphones, avec une dose de performance supplémentaire et une dose de nouveauté via la taille et l'intégration d'une puce NFC pour le paiement sans contact (lire « Apple iPhone 6, plus grand, plus puissant, plus cher »), c'est la 'montre' connectée Apple Watch – notez la disparition du 'i' dans le nom d'un device Apple - qui a valu à Tim Cook, le CEO de la firme à la pomme, la plus forte acclamation. De là à affirmer, comme de nombreux Apple maniacs, que Watch est une révolution, il y a un pas que nous ne franchirons pas !

C'est « un produit entièrement nouveau », a affirmé Tim Cook avec une prétention aussi grande que sa mémoire est défaillante, les annonces de montres connectées se sont multipliées ces derniers mois. Avant d'ajouter « Je crois que ce produit va redéfinir ce que les gens attendent dans sa catégorie ».

En tout cas, coté design, l'Apple Watch ressemble bigrement à l'Android Wear... Dans la pléthore de smartwatch (montres connectées) qui déferlent sur le marché, seules la Moto 360 et la LG G Watch R ont joué la carte d'une relative originalité avec un boitier rond. Et un accessit à l'écran incurvé de la Samsung Gear S  !

Qu'est-ce que l'Apple Watch ?

L'Apple Watch est un objet connecté, équipé sur une face d'un écran et sur l'autre d'un réseau de capteurs en zircone avec 4 LED infrarouge en contact avec la peau, qui avec son bracelet prend place sur le poignet de son utilisateur. Watch peut communiquer avec lui via des vibrations émises par le moteur Taptic, que les premiers à avoir pu porter l'objet ont jugé quelque peu trop immersif. Le design de l'Aopple Watch est épuré, même si on pourra lui reprocher d'être assez épais avec son écran Retina durci. Deux boutons prennent place sur le coté, dont l'un, cranté, rappelle le classique remontoir d'une montre. Ce bouton est destiné au zoom et au déplacement (menus, textes, etc.), le second à la validation.

Apple Watch repose sur un SIP (System on Chip), un assemblage de composants dont le processeur, appelé S1, qui se présente sous la forme d'un unique module protégé par la résine. La composition de l'électronique, vitesse, etc. n'a pas été dévoilée. On ignore tout également de sa capacité mémoire. Ajoutons wi-fi 802.11b et Bluetooth 4.0. Les accus seraient au format des piles boutons. Ils sont alimentés par charge inductive via une connexion de type MagSafe (dérivée du connecteur d'alimentation du MacBook). Les dimensions exactes de la Watch, de l'écran, le poids, etc. n'ont pas été dévoilés par Apple. Quant au bracelet, plusieurs modèles (34) ont été dévoilés.

Un 'détail' pourrait nuire au produit, son autonomie. Elle devrait être d'un jour, mais Apple ne s'est pas étendu sur le sujet, ce qui en dit long sur la problématique !

L'Apple Watch n'est pas encore disponible, elle sera proposée début 2015, à un prix qui débutera à 349 dollars (la concurrence oscille entre 199 et 299 dollars !). Le prix variera à la hausse selon le boîtier, acier, aluminium, or jaune ou rose 24 carats (selon Apple, une technologie spécifique rendrait ce matériau « jusqu'à deux fois plus dur que l'or standard »), et le bracelet. Une version sport verra son écran renforcé par la présence d'un verre Ion-X. Par contre, nous savons peu de choses coté technologies embarquées, sauf que deux épaisseurs seront proposées, 38 et 42mm. Plus fine pour s'adapter au poignet des femmes, ou plus épaisse pour embarquer plus de technologie ?

A quoi ça sert ?

Nous pourrions croire que la fonction première de l'Apple Watch est d'indiquer l'heure, sous de multiples formats et/ou fonds d'écran. Mais cela est trop réducteur... C'est pourquoi nous lui préférons la fonction de compagnon de l'iPhone (à partir de la version 5 du smartphone). En effet, même si des fonctionnalités seront autonomes, nombre d'autres et les usages à venir ne seront accessibles que si la Watch est connectée à l'iPhone, lui même assurant la connexion à Internet.

L'appareil n'est donc pas autonome, ce n'est pas un smartphone, par exemple. L'écran est si réduit que l'on imagine qu'il sera délicat de la piloter au toucher. D'ou la présence des boutons évoqués ci dessus, et de Siri, l'interface vocale d'Apple.

Des usages à développer

Un usage est d'emblée évident, et fait l'objet d'un focus de la part d'Apple, la forme et la santé. Le capteur au dos de l'Apple Watch permet de suivre les pulsations cardiaques, et les mouvements – déplacements, station assise, temps de pose, etc. - sont également traqués pour être envoyés à l'iPhone. Il sera possible de suivre les déplacements et de mesurer les calories dépensées.

Nous avons consolidés les usages annoncés dans la presse américaine :

  • Montre.
  • Affichage d'images.
  • Réception et avertissement des notifications de l'iPhone.
  • Affichage de données provenant de l'iPhone (messages, services web, etc.)
  • Déclenchement vocal des actions (Siri).
  • Dicter des messages (Siri) – attention, pas d'affichage clavier, la taille de l'écran est trop réduite.
  • Orientation avec le gyroscope et l'accéléromètre, connectés au GPS et au wi-fi de l'iPhone.
  • Communication entre Apple Watch et présence.
  • Santé et remise en forme.
  • Suivi du rythme cardiaque.
  • Paiement sans contact (via le NFC ApplePay).
  • Clé électronique (agiter la Watch pour ouvrir la porte de votre chambre dans un hôtel Starwood).

Un environnement dérivé d'iOS

Objet connectée, Apple Watch repose sur le système d'exploitation iOS, comme l'iPhone et l'iPad, mais dont le design a été adapté à la petite taille de l'appareil.

Apple proposera prochainement aux développeurs un SDK WatchKit. Nous pouvons donc nous attendre à une explosion d'applications et de widgets qui prendront place soit directement sur la Watch, soit sur l'iPhone, et qui viendront multiplier les services et usages. Avec probablement une majorité d'applications de notification (vous avez un message...), voire beaucoup sans grand intérêt !

Les solutions de communication et de partage pourraient également tirer profit de l'Apple Watch pour s'afficher au poignet. Les messageries, les outils collaboratifs, des outils de veille, de monitoring, de pilotage, etc. sont cpncernés. Une première vague concernera le grand public, les usages professionnels devraient suivre.

AUCUN COMMENTAIRE