Pourquoi les entreprises vont-elles passer à l'Internet des Objets et aux objets connectés ? Pour supporter l'industrialisation et re-gagner leurs marges effritées et perdues.

Pour certains observateurs, l'année 2016 sera celle de la TV et des objets connectés. Pour les téléviseurs, c'est déjà fait, il faut désormais connecter à Internet une nouvelle TV dès son déballage, afin d'accéder aux mises à jours, fonctionnalités et widgets proposés par les constructeurs. Ce qui rend leur utilisateur captif dès la première utilisation.

Pour l'Internet des Objets (IoT), le mouvement est en marche. La plus grande majorité des objets connectés appartiennent encore à la famille des 'gadgets personnels', montres, bracelets de santé, etc., mais ce n'est que transitoire, et bientôt l'industrie entière va s'en emparer.

Des objets, des données, de la marge

La raison en est simple : un objet connecté est une source d'informations. En fait, l'industrie souffre d'une double problématique : la production de masse ne fait que réduire les marges, et une fois commercialisé un produit disparaît dans la nature sans plus apporter de valeur à l'entreprise qui l'a conçu.

Avec l'Internet des Objets, l'entreprise va pouvoir accumuler des tonnes de données. Et si elle sait les exploiter, elle va pouvoir monétiser l'information au delà du matériel lui-même. La démarche est donc particulièrement intéressante, elle va en effet permettre de continuer de fabriquer des objets toujours moins chers, mais qui deviennent rentables.

Voilà pourquoi le raisonnement de beaucoup d'entreprises qui voient dans les objets connectés des outils pour véhiculer leur marque, un sous-syndrome d'Apple mais sur des objets personnels ou industriels du quotidien en quelque sorte, est erroné. C'est dans la collecte d'informations sur le comportement des utilisateurs qu'est la valeur de l'IoT sur le long terme.

Plateformes, outils et transversalité

Alors bien évidemment l'entreprise va devoir s'assurer de sa capacité à tirer profit de l'IoT. Concrètement, la collecte, le stockage, l'analyse et le ciblage via l'information en provenance des objets connectés vont nécessiter de disposer de l'infrastructure et des outils qui le permettront. Et l'une des principales difficultés, au risque de se retrouver dans une situation contre-productive, c'est de disposer de la transversalité des sources et des plateformes.

Des expressions 'cross…', comme cross-device ou cross-platform, émergent. Se cachent derrière des langages, des pratiques, des normes, des technologies qui doivent se faire communs et transverses. C'est là qu'est l'enjeu de l'Internet des Objets pour le futur. C'est là également que le DSI et ses équipes doivent rester en éveil afin de faire leur place et s'imposer. 

Image d'entête iStock @ monsitj

AUCUN COMMENTAIRE