Cloud, SaaS, BYOD… La DSI se laisse dépouiller de ses attributs ! Il est temps qu'elle fasse évoluer son rôle, qu'elle mesure et rappelle ses apports de valeur à la stratégie de l'entreprise.

En une décennie, le DSI est passé du patron de sa forteresse à la responsabilité d'une division, qui reste essentielle à l'entreprise mais qui se fait de plus en plus dépecer par les métiers. Si encore il continuait de disposer de l'écoute qu'il imposait par son rôle central ? Mais même cela le lui est retiré, face aux métiers qui sont montés au créneau et participent à la prise de décision dans la stratégie digitale, autant voire plus que lui.

Il lui reste cependant une opportunité de faire évoluer son rôle afin de compenser les droits que d'autres se sont octroyés : jouer la carte de l'innovation en continu dans un environnement où sa responsabilité ne cesse de se développer. C'est ce que nous propose Srikant Gokulnatha, co-fondateur et CTO de Numerify, un spécialiste de l'analytique du business. Une stratégie « investir comme un CFO et manager comme un CEO » qu'il résume en 10 points.

  • Investir dans la transformation

Le budget informatique n'est pas en croissance (1 % seulement en 2015 selon le Gartner), mais la responsabilité du DSI s'élargit. A lui de prendre les meilleures décisions en terme de dépense, et d'investir en priorité dans les technologies qui accompagnent la transformation.

  • Etre historien et futurologue

Pour répondre aux nouveaux défis et préparer l'avenir, le DSI peut s'appuyer sur le passé pour accompagner sa prise de décision. Avec l'avantage de disposer d'un accès à l'historique de l'entreprise, ainsi qu'une connaissance et une compréhension des actifs existants qui vont faciliter sa communication.

  • Connecter les données en silos

L'innovation passe par une phase d'intégration afin de profiter des multiples sources de données dans l'entreprise. En particulier en combinant les données en provenance des systèmes opérationnels et financiers, avec les outils qui lui permettent de calculer les coûts réels des services.

  • Collaborer avec ses pairs

Les américains les appellent la C-suite, les managers CxO (CEO, CFO, CIO, CMO, COO, etc.). Collaborer avec les autres cadres de l'entreprise est une nécessité pour le DSI qui mise sur l'innovation numérique.

  • Ne pas attendre d'être invité…

Pour démontrer la valeur apportée par l'informatique, le DSI ne manquera pas une occasion de collaborer avec ses pairs. Cela lui permettra également de comprendre les objectifs stratégiques de son entreprise et des métiers.

  • Enrichir la compétence interne sur la donnée

L'entreprise est de plus en plus guidée par la donnée, la DSI doit suivre ce mouvement, et plus encore adopter les technologies et les pratiques qu'elle déploie chez les métiers.

  • Recruter des compétences analytiques

L'afflux massif des données en parallèle de la disponibilité de technologies d'analyse moins couteuses facilitent l'exploitation de données toujours plus complexes… La performance dans les années à venir viendra de la capacité des DSI à recruter les compétences analytiques de demain.

  • Devenir le champion de la créativité

L'adoption régulière d'idées nouvelles et innovantes doit susciter la créativité au sein des équipes IT.

  • Vendre les services informatiques

La DSI facture ses services, comme une équipe commerciale elle doit communiquer afin de les vendre et mesurer sa démarche et sa réussite commerciale. L'objectif est double, renforcer le rôle gestionnaire du DSI tout en démontrant que la DSI sait saisir les opportunités, répondre aux défis et accompagner le progrès.

  • Changer de langage

Dernier conseil, la démarche marketing qui s'impose à la DSI, qui se vend, n'est pas compatible avec l'usage d'un jargon construit autour d'acronymes et de mots ésotériques, techniques et à la mode IT. A la DSI de communiquer en termes clairs et non techniques, de mesurer la valeur apportée à l'utilisateur final et sa satisfaction, et de le dire.

publicité