L'explosion des données structurées et non structurées s'accompagne d'une forte demande dans l'analyse de ces mêmes données. Un marché que se partagent les outils de BI et la plateforme Hadoop, chef de file du Big Data qui devrait enregistrer une progression de 58,3 % jusqu'en 2020.

 

Le Big Data n'est pas encore entré dans sa phase de maturation – les premiers projets font encore figure d'expérimentation – que les esprits continuent de s'enflammer sur un marché qui s'annonce grandement profitable. L'explosion des données, la recherche de valeur, et des technologies financièrement plus abordables que les solutions d'analyses actuelles, renforcent cette perspective.

C'est en tout cas ce qu'affirme Allied Market Research, dans son étude « Hadoop Market (Hardware, Software, Services and HaaS, End Use Application, and Geography) - Industry Growth Trends and Forecasts Through 2020 ».

Hadoop gagnante

Principal gagnante de cette vague de fond, la technologie Hadoop devrait s'offrir la part du lion. Un marché classiquement divisé en trois segments : les logiciels, le matériel et les services. Actuellement, les services dominent, principalement le consulting (et la formation) et l'outsourcing, occupant 50 % d'un marché naissant qui ne peut se passer du conseil et de l'intervention de data scientists ou d'équipes pluridisciplinaires, des développeurs aux statisticiens, lorsque l'absence de compétences se fait sentir.

Les logiciels Hadoop ne sont pas en reste. Les logiciels dans le Big Data se déclinent en logiciels applicatifs, logiciels de pilotage, solutions packagées, et les logiciels de monitoring de la performance. Là encore, la jeunesse du Big Data donne la priorité aux logiciels applicatifs. Ils sont la priorité des développeurs qui construisent leurs premières solutions d'analyse des données.

Pour autant, dans le logiciel, ce sont les solutions packagées qui devraient rapidement prendre le devantg, avec une progression jusqu'en 2020 de l'ordre de 62,9 %. Dans ce segment figurent les trois géants historiques et champions des levées de fonds, Cloudera, MapR et Hortonworks. D'autres devraient suivre, mais selon nous il n'y a guère que Pivotal qui, profitant de la force d'EMC, devrait rejoindre le trio de tête.

Des serveurs pour le Big Data

Le matériel (hardware), serveurs, stockage et réseaux, devrait également profiter de la vague du Big Data. Les volumes de données augmentent à un rythme exponentiel, il faut les stocker, y accéder, et les traiter. Dans les deux premiers cas, stockage et réseaux, Hadoop ne changera pas grand chose. Sur le dernier, les serveurs Hadoop vont se multiplier afin d'assurer la performance des analytiques, un marché qui devrait progresser de 60,1 % jusqu'en 2020.

Le marché des serveurs Hadoop devrait, selon Allied Market Research, rester concentré sur un nombre limité d'acteurs. Actuellement, ce sont les sites de réseaux sociaux, Facebook, LinkedIn et Twitter, qui sont les plus gros consommateurs. Ils seront certainement concurrencés dans le futur par les géants des infrastructures cloud, Amazon, IBM, Microsoft, Google, qui hébergeront des solutions Hadoop sur un cloud privé ou mutualisées pour un accès en mode SaaS (Software-as-a-Service).

Big Data pour qui ?

Allied Market Research estime que le marché du Big data, qui aurait affiché 2 milliards de dollars en 2013, devrait atteindre 50,2 milliards en 2020. Aujourd'hui, ce sont les gouvernements, principalement aux Etats-Unis, qui sont les principaux consommateurs du Big Data. Les géants des IT et en particulier les opérateurs télécoms et réseaux les suivent de près. Les services de banque, de finance et d'assurance suivront. Les médias, le commerce, la santé, le transport, les voyages seront aussi de gros consommateurs des analytiques.

AUCUN COMMENTAIRE