Cette semaine, l’un des porte-paroles d’Uber a déclaré que son entreprise devra peut-être payer Waymo pour pouvoir utiliser sa technologie de conduite autonome. Après qu’Alphabet ait déposé une plainte pour vol de propriété intellectuelle contre Uber l’année dernière, Waymo a décidé de conclure un accord avec Uber pour s’assurer que sa technologie de véhicule autonome n’avait pas également été exploitée par ce dernier. Pour cela, les deux entreprises ont décidé de faire appel à un expert en logiciels indépendant pour mener une enquête approfondie sur le sujet. Suite aux investigations, l’expert a conclu avoir rencontré des similarités au niveau de certaines fonctionnalités des technologies d’Uber et de Waymo. D’après lui, cela pourrait entrainer des frais de licence ou des modifications de conception de la part d’Uber.

Anthony Levandowski, un ancien ingénieur de Google, a été accusé d’avoir volé des secrets commerciaux auprès d’Alphabet pour ensuite les revendre à Uber. Ce dernier aurait subtilisé 14,000 documents contenant des informations sur le programme de voiture autonome de Google. D’après Waymo, le rapport de l’expert indépendant confirme le fait qu’Uber aurait également détourné la propriété intellectuelle de ses logiciels. Face à ce constat, l’entreprise a rajouté qu’ils prendront toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que ses informations confidentielles ne soient pas exploitées par Uber. Ce n’est pas la première fois que le projet de véhicules autonomes d’Uber connait des problèmes. L’année dernière, l’un de ses véhicules autonomes a heurté et tué un piéton (lire l'article sur les conclusions du rapport), ce qui avait obligé l’entreprise à suspendre temporairement son programme de transport autonome. Ce nouveau rapport est également susceptible de retarder la production de sa technologie de véhicules autonomes pour les années à venir.

À lire aussi Les conclusions du rapport sur l’accident mortel impliquant une voiture autonome Uber à Tempe en 2018

AUCUN COMMENTAIRE