Sundar Pichai, le PDG de Google et d’Alphabet, a lancé dernièrement un appel public à la réglementation de l’IA. Toutefois, il a également demandé implicitement aux législateurs d’adopter un plan d’action qui n’impose aucune limite stricte à ce qui peut être fait avec les technologies basées sur l’intelligence artificielle. Sundar Pichai a indiqué que l’IA a le potentiel d’améliorer des milliards de vies et que le plus grand risque pour l’humanité serait de ne pas l’exploiter. D’après lui, l’option la plus sure serait de n'imposer aucune limite stricte dans le domaine. Pour soutenir son idée, Sundar Pichai a déclaré que les moteurs à combustion interne ont permis aux gens de voyager au-delà de leur propre région, mais ces innovations ont également causé des accidents. Le discours du PDG de Google survient à un moment stratégique où les législateurs américains envisagent de proposer une réglementation de l’IA. De plus, les autorités de la Maison Blanche seraient également d’accord avec les géants de la technologie pour favoriser l’innovation de cette technologie. Il y a quelques jours, Michael Kratsios, le directeur technique de la Maison Blanche, a mis en garde les législateurs contre la mise en place de règles préventives contraignantes ou redondantes qui entraveraient inutilement l’innovation et la croissance de l’IA. Pendant ce temps, la nouvelle Commission européenne espère quant à elle adopter des législations plus fermes sur l’IA et les grandes technologies.

Certains analystes ont réagi aux affirmations de Sundar Pichai en déclarant que le PDG de Google aurait ignoré les conséquences négatives potentielles de l’IA. Ces derniers temps, les débats se sont surtout tournés sur le déploiement des technologies de reconnaissance faciale et des technologies autonomes d’armement qui serait contraire à l’éthique. La semaine dernière, la commission européenne a publié un document concernant l’interdiction temporaire de la technologie de reconnaissance faciale dans les lieux publics. Une telle interdiction permettrait de protéger les droits des individus contre tous abus éventuels de la technologie. Toutefois, la Commission européenne n’a pas encore donné de précision concernant son approche pour la réglementation de l’IA. Ce serait pour cette raison que Sundar Pichai a affirmé que la réglementation devrait fournir des orientations générales tout en permettant une mise en œuvre sur mesure dans différents secteurs.

À lire aussi RegTech : la « nouvelle FinTech » qui profite des réglementations

AUCUN COMMENTAIRE