Bon nombre de services publics britanniques comme la Police et les hôpitaux avouent ne pas savoir comment utiliser l’intelligence artificielle. L’unique régulateur en la matière, le SCC, déclare ne pas avoir reçu de directives claires pour l’utilisation de l’IA de manière éthique et claire. Tony Porter, commissaire aux caméras de surveillance au SCC, a reçu de nombreuses questions de la part d’organismes publics sur la façon d’utiliser les technologies de reconnaissance faciale, biométrique et de lecture labiale qui sont généralement livrées en standard avec les systèmes de vidéosurveillance. Cette situation amène les organismes comme les hôpitaux à déterminer s’ils doivent les utiliser ou pas de leur propre chef. Tony Porter déclare que des éclaircissements sont urgents à cause de la rapidité des évolutions technologiques. Pour sa part, Lord Evans, ancien chef du M15, pense que des éclaircissements des réglementations de l’utilisation de l’IA dans le secteur public doivent se poser pour déterminer les impacts que ces dernières ont sur les libertés civiles. Le gouvernement vient de commander une enquête dirigée par la Commission des normes de la vie publique. Ce dernier demande aux services publics de révéler comment et quand ils utilisent ces technologies.

En Grande-Bretagne, l’IA est de plus en plus utilisée en matière de surveillance dans les services publics. Récemment, la haute cour a statué que l’utilisation de l’IA de reconnaissance faciale par la police était tout à fait légale. Ed Bridges, ancien conseiller du parti Lib Dem, a déjà critiqué son utilisation par la police du sud du Pays de Galles. Par ailleurs, la police de Durham a testé pendant trois ans une IA destinée à déterminer le taux de possibilité de récidive d’une personne arrêtée pour décider si elle devrait être libérée sous caution ou non. Une technologie similaire est utilisée outre-Atlantique, aux États-Unis, créant une véritable polémique après que l’IA a conclu que les personnes de couleur ont un profil plus élevé pour devenir de futurs criminels.

À lire aussi L’IA de Google vient de battre l’Homme pour la détection du cancer du sein

AUCUN COMMENTAIRE