Article sponsorisé par MMA

Dans un contexte entrepreneurial dynamique, l’assurance apporte aujourd’hui des réponses concrètes aux menaces qui pèsent sur les relations qu’entretiennent les jeunes entreprises avec leurs clients.

Que nous soyons dirigeants, jeunes entrepreneurs ou collaborateurs, nous sommes tous de plus en plus connectés les uns aux autres. Cette synergie et ces échanges se multiplient également entre les organisations qui n’hésitent pas à se solliciter entre elles.

Côté auto-entrepreneurs et startups notamment, les jeunes entreprises sont de plus en connectées à leurs clients. Pourtant, ces relations ponctuelles ou à plus long-terme ne sont pas dénuées de risques ! Retard de livraison, non-conformité à la demande initiale... sont autant d’exemples de préjudices qui peuvent entacher la relation entre l’entreprise et son client.

La protection des données

La protection des données, que nous abordons régulièrement sur ce blog, n’est pas en reste. Les échanges avec les clients peuvent en effet amener les entreprises à s'interroger sur le stockage et la protection des données échangées. Donc, plus globalement, sur la sécurité de leur entreprise. Notons qu’à ce titre, le RGPD - Règlement Européen pour la Protection des Données - entré en vigueur le 25 mai 2018, a pour objectif d’amener plus de transparence et de protection sur les données collectées par et pour les organisations. Cette nouvelle loi bouscule plus que les process internes des sociétés, car en imposant un cadre légal strict, elle fait également évoluer les relations prestataires vers plus de sécurité et de confiance.

Aussi, avec le RGPD, un prestataire devient avant tout “une organisation qui a accès et qui traite des données personnelles”. Cela va de la simple adresse email de collaborateurs ou de clients, à leur âge et à leur profession, en passant par leur localisation. Bon nombre de ces données personnelles sont échangées lorsque les entreprises externalisent leur traitement, par exemple avec le recours à des CRMs ou encore avec l'utilisation de SaaS proposés par des agences de marketing ou des services de stockage. Afin d’éviter une fuite ou une perte de ces données sensibles qui porterait préjudice aux sociétés, le RGPD incite les entreprises à la réévaluation de leurs prestataires, pour vérifier qu’ils veillent eux aussi à la sécurité des données.

En ce sens, le premier conseil que nous vous donnons est de revisiter les clauses de vos contrats avec vos clients pour vous assurer que votre relation respecte ce nouveau cadre légal.

Toutefois, parce que cette procédure peut être longue et fastidieuse, nous ne vous recommanderons jamais assez de protéger vos relations prestataires avec des solutions adaptées. Nous avons donc tenu à vous exposer ici quelques-uns de ces accompagnements qui vous permettront, nous l'espérons, de mener sereinement votre projet entrepreneurial !

La responsabilité civile pour les professionnels

Cette assurance du quotidien que nous côtoyons régulièrement à titre privé (par le biais de nos assurances habitation ou automobile), se décline aussi dans la sphère professionnelle. Elle permet de prémunir l’entreprise contre les réparations financières ou matérielles qui peuvent ternir la relation clients. Plus spécifique, la Responsabilité civile du dirigeant peut également être envisagée pour se protéger dans l’exercice de ses fonctions, un terrain sur lequel la responsabilité civile professionnelle ne peut pas intervenir

La protection sociale du dirigeant pour assurer ses arrières

Parce que le dirigeant d’entreprise est amené à prendre quotidiennement des décisions qui vont avoir un impact sur l’avenir de l’entreprise et celui de ses collaborateurs, il est nécessaire de lui assurer une couverture fiable. En effet, nous n’en avons pas toujours conscience, mais les dirigeants encourent une responsabilité distincte de leur entreprise. La conséquence ? En cas de liquidation judiciaire par exemple, le patrimoine personnel du dirigeant peut directement être mis à mal et utilisé pour réparer le préjudice. La responsabilité du chef d'entreprise peut également être engagée en cas de non-respect de la loi et des règlements qui s'appliquent aux entreprises. “En général, les poursuites sont liées à des actes de mauvaise gestion”, précise Max Denis, responsable coordination grands comptes chez MMA. On peut également citer des entorses aux règles d’hygiènes, de mauvaises décisions stratégiques, le harcèlement moral… autant de négligences contre lesquelles il convient de se prémunir avec une assurance dédiée.

Pourtant, alors qu’il est évident pour les chefs d’entreprise de protéger leur société, se protéger à titre individuel est moins répandu et donne lieu à davantage de négligences.

La protection juridique pour solutionner les litiges

La protection juridique, quant à elle, peut également être un soutien fiable pour l’entreprise en cas de conflit avec un client. Par exemple, en cas d’erreur de livraison de fichiers, des juristes sont mis à disposition de l’entreprise pour, d’une part, s’informer sur les droits et protéger les intérêts de son organisation, et d’autre part trouver une solution amiable avec son client. Ces solutions sont mises à disposition dans toutes les situations délicates où le recours à une tierce personne, tel qu’un juriste, est primordial pour négocier avec la partie adverse et défendre au mieux les intérêts de son entreprise. Notons qu’avec notre partenaire MMA, la protection juridique comprend également une “défense judiciaire”. Ainsi, dans le cas où la solution amiable échouerait, un avocat prend le relai. Son identité est au choix de l’entreprise, mais ses honoraires et les frais de procédure sont pris en charge par l’assureur.

Nous espérons que notre article vous aura offert quelques billes pour mieux protéger vos relations avec vos clients et fournisseurs inhérents à votre entreprise. Si vous voulez en savoir plus sur les solutions que nous vous avons exposées ici, nous vous invitons à vous rendre sur la page de notre partenaire MMA qui propose entre autres, une assurance dédiée aux métiers et services du numérique.

AUCUN COMMENTAIRE