À l’occasion du Red Hat Summit, qui s’est déroulé de façon virtuelle les 28 et 29 avril derniers, Red Hat lance de nouvelles offres et nouvelles versions de ses outils d’administration et de virtualisation dans le cloud. Dans un contexte de profondes mutations, la technologie étant au centre du fonctionnement des métiers et par conséquent des entreprises, celles-ci sont dépendantes de leurs systèmes d’information, des applications et des fournisseurs pour fonctionner, vendre et acheter, estime l’éditeur open source.

Red Hat a ainsi présenté OpenShift 4.4, la dernière mise à jour de sa plateforme Kubernetes pour automatiser le déploiement des services dont les utilisateurs dépendent pour déployer leurs applications conteneurisées. Cette version offre une meilleure exploitation de Kubernetes Operators pour déployer et maintenir les applications. OpenShift 4.4 s’appuie sur Kubernetes 1.17, et comprend en outre des améliorations des capacités en matière de calcul, de réseau et de stockage.

Cette version permet l’équilibrage de la charge du cluster grâce à un nouveau descheduler. OpenShift 4.4 met également à jour l’implémentation du contrôleur d’entrée pour utiliser HAProxy 2.0. Les utilisateurs bénéficient désormais de performances accrues pour leurs applications hébergées par Kubernetes, notamment grâce au support HTTP/2 de bout en bout et à un multithreading plus évolutif, ce qui améliore la sécurité et la réponse des applications. HAProxy 2.0 améliore les performances dans tous les domaines, estime Red Hat, de la réduction du temps nécessaire à la production des allocations d’ACL unique-id, réduit de quelques minutes à quelques secondes sur les grandes installations, à sa capacité à traiter jusqu’à trois fois plus de demandes par seconde.

Côté administration de VM, OpenShift virtualisation est une nouvelle fonction proposée en Technology preview et qui s’appuie sur le projet Open Source KubeVirt. Elle permet aux organisations de développer, déployer et gérer des applications sur des machines virtuelles avec des containers et en mode serverless. Le tout sur une plateforme qui unifie les charges de travail traditionnelles et le cloud-native.

Afin de relever les défis liés à l’exécution d’applications cloud-natives dans des clusters Kubernetes, Red Hat annonce la disponibilité prochaine de Red Hat Advanced Cluster Management for Kubernetes, un nouvel outil de gestion. Il sera proposé sous forme d’aperçu technologique, destiné à constituer un point de contrôle unique et simplifié pour la gestion et le déploiement des clusters OpenShift à grande échelle, le tout en offrant une meilleure gouvernance sur la gestion du cycle de vie des applications.

publicité