Il ya quelques mois, les États-Unis ont décidé d’exclure Huawei au déploiement de la 5G sur son territoire pour des raisons de sécurité nationale. Les experts américains ont déclaré que l’affiliation de Huawei au gouvernement chinois serait le principal problème. Malgré le fait que les États-Unis affirment leurs craintes concernant la firme chinoise, le reste du monde n’est pas convaincu que l’entreprise soit une menace. Vendredi dernier, Houlin Zhao, le chef de l’UIT, a déclaré à Genève qu’il était contre l’interdiction subite par Huawei. D’après lui, ils peuvent accuser la société seulement si les autorités découvrent quelque chose qui ne va pas. Par contre, si aucune preuve de faille de sécurité n’est détectée, alors il serait injuste de mettre l’entreprise chinoise sur la liste noire.

Les responsables américains estiment que toutes les entreprises chinoises sont potentiellement suspectes. Chris Krebs, le responsable de la cybersécurité et de l’infrastructure du DHS, a indiqué que la principale préoccupation reste au niveau du régime juridique du pays d’origine et non sur un produit spécifique. Chris Krebs a déclaré que «  Nous ne nous concentrons pas sur le pays d’origine sur la société, mais sur la question de savoir quelle est la primauté du droit en vertu de laquelle ce produit est potentiellement soumis ». Il a également souligné que cette restriction pourrait toucher d’autres entreprises chinoises ou des exportateurs russes comme le logiciel antivirus de Kapersky Lab.

Les problèmes de #sécurité de #Huawei ressemblent à une guerre économique entre la Chine et les États-Unis Click to Tweet
À lire aussi Bendy Mate X, le nouveau smartphone pliable de Huawei

AUCUN COMMENTAIRE