Le week-end dernier, la Chine a procédé au lancement d’un satellite destiné à fournir un accès internet mondial aux personnes qui ne peuvent pas en bénéficier. En effet, le gouvernement chinois a déclaré qu’actuellement près de 3,8 milliards de personnes n’y ont pas accès. Baptisé Hongyun-1 ou « nuage en arc-en-ciel », cet appareil a décollé au centre de lancement de satellites de Jiuquan le samedi 22 décembre. Ce satellite est le premier d’une flotte de 156 satellites que la China Aerospace Science and Technology Corporation compte déployer d’ici 2022. D’après les responsables de la CASIC, cette constellation de satellites va permettre de couvrir les régions isolées de Chine. La majorité des appareils seront placés en orbite basse à près de 1000 kilomètres au dessus de la terre.

Depuis plusieurs années, la Chine n’a pas cessé de développer son infrastructure numérique. Pas plus tard que cette année, des développeurs chinois ont présenté le système « Beidou », la version chinoise du Système de positionnement américain (GPS). Actuellement, la Chine se place en tant que précurseur de la couverture internet mondiale par satellite, car elle est la première à avoir envoyé un appareil destiné à cet effet. Notons que Space X prévoit également de mettre en place un dispositif de ce genre avec le projet Starlink, mais ils ont une vision plus grande. En effet, la firme projette de mettre en place une constellation de près de 12 000 satellites à une altitude entre 335 et 346 km de la terre. Dans ce cadre, la Federal Communications Commission, l’organisme de réglementation des services de communication aux États-Unis a déjà approuvé 7000 lancements en novembre. 4425 satellites seront mis en orbite en mars. Notons que Space X a envoyé deux satellites tests cette année, mais la firme compte déployer une partie de la constellation d’ici 2019 pour la rendre effective en 2020.

Une première mondiale : la Chine a lancé un satellite dans le but de fournir un accès internet planétaire Click to Tweet
À lire aussi Athena : le satellite expérimental de Facebook

AUCUN COMMENTAIRE