Des chercheurs du laboratoire d’intelligence artificielle de Facebook et de l’Université Carnegie Mellon ont travaillé ensemble pour développer une intelligence artificielle capable de battre l’homme au poker. Appelé « Pluribus », ce système a affronté 12 joueurs professionnels dans deux contextes différents. Dans le premier cas, l’IA a joué aux côtés de 5 joueurs humains et dans l’autre 5 versions de l’intelligence artificielle ont joué contre 1 seul joueur humain. Les chercheurs ont remarqué que Pluribus a gagné en moyenne 5 dollars par main avec des gains horaires de près de 1,000 dollars. Noam Brown, un chercheur chez Facebook Ai Research et co-créateur de Pluribus, a indiqué que cette IA a atteint un niveau surhumain. Chris Ferguson, 6 fois champion des Worlds Series of Poker et l’un des 12 joueurs professionnels ayant affronté Pluribus, a également indiqué que cette IA est un adversaire très difficile à battre. Il a ajouté qu’il était extrêmement difficile de la cerner quelque soit la main car elle bluffait mieux que les êtres humains.

Cette innovation constitue une réelle avancée pour le développement des systèmes d’intelligence artificielle et de machine learning. Malgré le fait que Pluribus ait atteint un niveau imbattable sur de nombreux jeux comme Chess and Go, Dota et Starcraft, la maitrise de Texas Hold-em à 6 montre un indice de difficulté plus élevé. Lors de la formation du système, les chercheurs ont appris à Pluribus à jouer au poker contre des copies de lui-même selon un processus nommé « Self Play ». Pluribus a été créé en seulement 8 jours avec un serveur 64-core doté de 512 Go de RAM. La formation de ce système sur des serveurs Cloud n’aurait coûté que 150 dollars. Les chercheurs estiment que les techniques utilisées pour développer Pluribus peuvent être appliquées dans différents domaines tels que la cybersécurité, les négociations financières et la prévention des fraudes.

#Facebook et #CMU développent une #IA capable de battre des joueurs pros au Poker Click to Tweet
À lire aussi La France compte mettre fin aux discours haineux sur internet… Facebook dans le collimateur

AUCUN COMMENTAIRE