Des procureurs new-yorkais détiennent des preuves selon lesquelles les données compromettantes sur Jeff Bezos qui lui ont coûté son mariage proviennent de sa petite amie, Lauren Sanchez. Cette dernière les aurait échangées avec son frère Michael Sanchez qui a ensuite décidé de les vendre au National Enquirer. C’est le Wall Street Journal qui cite ces sources, tout en déclarant avoir lu les SMS que les deux amoureux se sont échangés. Ces nouvelles informations remettent en cause la version selon laquelle l’Arabie Saoudite, et personnellement le prince héritier Mohammed bin Salman, aurait piraté le téléphone portable de Jeff Bezos. Selon The Guardian, des informations importantes ont fuité du mobile du PDG d’Amazon après qu’il ait cliqué sur une vidéo envoyée sur WhatsApp par le dirigeant saoudien. Cette version a ensuite été confirmée par la firme de sécurité judiciaire FTI Consulting. Le rapport du Guardian mentionne également des photos à caractère sexistes envoyées par le prince saoudien à Jeff Bezos qui suggèrent que l’Arabie Saoudite aurait pris connaissance des faits avant Lauren Sanchez. Dans tous les cas, Gavin de Becker, consultant en sécurité de Jeff Bezos, maintient la version du piratage saoudien.

Certains professionnels en cybersécurité pensent qu’il n’existe pas de preuves tangibles qui relient le piratage du mobile du milliardaire à l’Arabie Saoudite. Ces derniers pensent qu’il s’agit tout simplement d’une succession de coïncidences, d’autant plus que Jeff Bezos et Gavin de Becker ne disposent pas de données fiables prouvant le lien entre le rapport publié par le National Enquirer à un éventuel piratage saoudien. American Media, propriétaire du National Enquirer, a confirmé qu’il a obtenu les informations du frère de Lauren Sanchez, et non pas du royaume, d’après un communiqué publié sur le New York Times.

À lire aussi Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman serait impliqué dans le piratage du téléphone du PDG d’Amazon, Jeff Bezos

AUCUN COMMENTAIRE