Jusqu’où peut-on protéger notre vie privée sur les réseaux sociaux ? Dernièrement, une enquête de l’antenne russe de la BBC (British Broadcasting Corporation) a révélé un nouveau cas de piratages de comptes Facebook. D’après la BBC, des hackers auraient dérobé des données personnelles et des messages privés de plus de 120 millions de comptes Facebook dont la plupart se trouvent en Russie et en Ukraine. Le piratage s’est fait via des navigateurs internet malveillants par l’utilisation d’un cheval de Troie permettant de changer le mot de passe initial. Par ailleurs, les hackers ont déjà commencé à vendre des données personnelles à 0,10$ par compte sur les forums obscurs du net. Ce cas a été prouvé par Digital Shadows, une firme spécialisée en cybersécurité.

L’entreprise affirme que près de 176 000 comptes ont déjà été publiés en ligne en tant qu’échantillon et une enquête auprès des personnes concernées à permis de confirmer la véracité des informations mises en ligne. En se faisant passer pour des acheteurs potentiels, les journalistes de la BBC ont tenté de nouer le contact avec l’un des hackers. La personne contactée, un certain « John Smith » a affirmé que toutes les données sont authentiques et que sur les 120 millions de comptes piratés, 2,7 millions sont russes. En réponse à cet évènement, la firme Facebook assure que la sécurité de leur site n’a jamais été compromise. Selon eux par contre, les données pourraient avoir été obtenues à l’aide d’outils tiers.

Des messages privés hackés sur #Facebook Click to Tweet
À lire aussi Facebook : découverte d’une « manipulation politique »

AUCUN COMMENTAIRE