L’histoire se corse de plus en plus entre la Mairie de Paris et les plateformes Airbnb et Wimdu. Comme les deux plateformes persistent à laisser les annonces de location sans numéros d’enregistrement, la ville a décidé de passer à la vitesse supérieure. Lors d’une entrevue avec AFP et Le Parisien, Ian Brossat, l’adjoint au logement d’Anne Hidalgo, l’a confirmé. Le 12 juin prochain, à 9h30, Airbnb et Wimdu passeront devant le tribunal de grande instance de Paris.

Rappelons que selon la loi, tout loueur de meublé touristique doit inscrire le numéro d’enregistrement sur chaque annonce en ligne. Le but étant de permettre aux propriétaires de vérifier qu’ils respectent le délai légal de location de 120 jours par an. Or, 84% des annonces des deux plateformes, selon Ian Brossat, ne respectent pas cette édiction de la loi. La mise en demeure a été lancée par la ville de Paris depuis décembre, sans réponse, malgré diverses relances.

La Mairie de Paris réclame justice et en cas de non retrait des annonces, souhaite obtenir une astreinte de 1.000 euros par jour de retard, et 5.000 euros par jour pour les nouvelles publications non conformes. En réponse à cette assignation en justice, Airbnb a déclaré : « La réglementation de la location meublée touristique à Paris est complexe, confuse et davantage adaptée à professionnels qu'à des particuliers », sans annoncer si elle va se conformer à la loi ou non.

La Mairie de Paris porte plainte contre #Airbnb et #Wimdu Click to Tweet
À lire aussi Les freelances en France en 2018

AUCUN COMMENTAIRE