Un rapport sur l’impact de l’IA sur les services informatiques a été publié récemment suite à une enquête réalisée auprès de 2,280 chefs d’entreprises du MIT Sloan Management Review et du SAS. L’étude indique que les directeurs des systèmes d’information, les responsables des données ainsi que les responsables des analyses de données seront en première ligne de l’adoption de l’Intelligence artificielle dans le milieu professionnel. Par rapport à cela, les feuilles de route informatiques, le développement de logiciels, les processus de déploiement ainsi que les environnements de données sont susceptibles de changer dans un proche avenir.

La plupart des responsables informatiques ont déclaré qu’ils étaient encore en train de développer des capacités fondamentales pour l’IA telle que la mise en place d’infrastructure Cloud ou de centre de données adéquates, l’amélioration de la cybersécurité et de la gestion des données ainsi que de la mise en place de processus de développement et de flux de travail. Éric Monterio, le vice-président principal et responsable de l’expérience client chez Sun Life, a indiqué que les services Cloud constituent une pièce essentielle pour l’implémentation de l’IA. D’après lui, l’utilisation des ressources de Cloud Computing à la demande s’avère plus rentable que l’achat et l’exploitation d’infrastructure informatique requise par une Intelligence artificielle. Ce type de plateforme permettrait également de profiter d’une meilleure flexibilité pour la prise en charge de différentes unités commerciales en fonction de leur besoin individuel et d’accéder aux dernières technologies. Les auteurs de l’étude ont souligné que les systèmes basés sur l’IA nécessitent une gestion continue des modèles d’IA prédictifs ainsi que des modèles d’apprentissage automatique avant et après leur déploiement. Cela montre que les entreprises doivent être prêtes à apporter des améliorations et des corrections régulières à ces modèles.

Les experts estiment que l’IA possède le potentiel adapté pour le développement et le déploiement de logiciels. En effet, cet outil pourrait être utilisé pour analyser des données dans le but de trouver des dysfonctionnements ou des problèmes inattendus. L’IA peut également servir au prototypage sans code qui consiste à créer des prototypes cliquables à partir d’un simple croquis dessiné à la main. Elle serait également capable de tester de nouvelles conceptions en se basant des données d’utilisations passées et d’automatiser le refactoring ainsi que la génération de code. Les analystes ont rajouté qu’une intelligence artificielle pourrait aussi générer des critères d’acceptations positifs et négatifs à partir des exigences passées. Elle peut aussi garantir des déploiements sans impact en prévoyant le bon moment pour le faire tout en évaluant le taux de déploiement. De plus, l’exploitation de l’IA dans la surveillance des données de télémétrie permettra de prédire les pannes matérielles et pourrait aussi servir à automatiser l’identification et la suppression de fonctionnalités inutilisées.

Les fonctionnalités énoncées ci-dessus ne constituent qu’une infime partie de ce que l’IA pourrait faire pour assister les responsables informatiques dans leur tâche. En effet, l’IA va permettre non seulement d’améliorer la productivité des développeurs, mais elle favorisera également une plus grande attention sur les données qui transitent par les organisations leader dans le domaine. De nos jours, 74% d’entre eux sont de plus en plus conscients de la gestion des ressources de données en mettant en place des initiatives de gouvernance de données.

À lire aussi Le gouvernement britannique sommé d’afficher plus de transparence sur l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les services publics

AUCUN COMMENTAIRE