Il y a deux mois, des journalistes de Bloomberg ont communiqué les résultats d’une enquête intitulée « The Big Hack ». Le rapport stipule que certaines cartes mères des serveurs de Super Micro Computer comportaient des micropuces espionnes qui auraient été implantées sur les chaînes de montage chinoises. Bloomberg a ensuite rajouté que les serveurs infectés ont été achetés par de grandes entreprises comme Amazon et Apple ainsi que des banques et des agences gouvernementales. Suite à cette affirmation de Bloomberg, Super Micro Computer a toujours nié les faits. Par contre, pour rassurer leurs clients, les responsables de la firme ont commandité un audit de sécurité par le cabinet Nardelleo & Co. Les résultats de l’audit ont clairement montré que les serveurs de Supermicro ne contenaient aucun composant malveillant. Cette information a ensuite été communiquée par voie postale à tous les clients de l’entreprise.

Le rapport des enquêteurs indépendants confirme que les journalistes de Bloomberg seraient les auteurs de la plus grave Fake new de l’année. De plus, Apple et Amazon ont eux aussi réalisé des audits en interne sur leurs serveurs Supermicro et aucune puce espionne n’a été détectée. Pour le moment, l’agence de presse Bloomberg n’a pas encore retiré l’article de son site, mais un journaliste spécialisé a été mobilisé pour une contre-enquête sur le même sujet.

L’enquête « The Big Hack » de #Bloomberg serait une fake new Click to Tweet
À lire aussi Première mondiale : GEI, l’index Bloomberg de neutralité des genres

AUCUN COMMENTAIRE