Les cofondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont abandonné la direction d’Alphabet, la société mère de Google, au profit de son PDG Sundar Pichai. Ils sont restés loin de la vie publique après la restructuration forcée de Google en 2015. De son côté, en prenant les rênes de Google, Sundar Pichai s’est attelé au développement de plusieurs produits comme la marque Pixel, l’intelligence artificielle et le cloud. Les désormais anciens dirigeants d’Alphabet ont annoncé leur décision dans une lettre. Néanmoins, ils resteront au siège au Conseil d’administration de Google. Pour rappel, Larry Page et Sergey Brin ont créé Google lorsqu’ils étaient encore étudiants à l’Université de Stanford. Dans leur lettre d’adieu, ils ont expliqué que leur décision est nécessaire pour simplifier la structure de gestion d’Alphabet. Ils ont aussi confirmé que Sundar Pichai était initialement pressenti pour devenir le prochain PDG d’Alphabet, en plus de Google. Ils continueront aussi d’être en contact avec ce dernier sur certains sujets. Pour sa part, le nouveau dirigeant d’Alphabet a précisé que ce changement n’affectera pas le fonctionnement de Google, tout en affirmant être enthousiaste face aux nouveaux défis. La création d’Alphabet a été décidée en 2015 lorsque la puissance trop importante des géants de la technologie imposait leur démantèlement. C’est ce qui est arrivé à Google qui a dû séparer son activité principale de ses autres branches, de sociétés diverses comme le X Lab, qui était auparavant appelé Google X, mais aussi de son unité dédiée à la conduite autonome Waymo. Dans tous les cas, la création d’Alphabet a permis à Sundar Pichai de prendre les rênes de Google, et de laisser ses cofondateurs disparaître dans la vie publique. Les deux hommes sont restés loin des caméras depuis la création de la société mère de Google. Larry Page s’est impliqué dans des compagnies d’aviation comme Kitty Hawk, tandis que Sergei Brin se fait encore plus discret en limitant ses prises de parole. Néanmoins, il a participé à une séance de démonstration de parachutisme à l’I/O en utilisant les Google Glass. Actuellement, la société Alphabet présente un chiffre d’affaires de 18.7 milliards de dollars. La valeur de ses actions a plus que doublé depuis sa création.

Larry Page et Sergey Brin ont fait appel à Sundar Pichai pour devenir PDG de Google lorsque le monde de la technologie était confronté à une surveillance accrue. Google et YouTube, sa filiale, ont été alors concernés par différentes controverses, tout comme Facebook et Amazon. Sundar Pichai est devenu le symbole d’un Google confronté aux tempêtes médiatiques importantes comme le renvoi de son porte-parole James Damore, sa participation à un projet de drones militaires avec le Pentagone, et surtout son projet pour créer un moteur de recherche adapté au marché chinois. Avec Susan Wojcicki, directrice générale de YouTube, Sundar Pichai a aussi dû faire face à d’autres polémiques majeures concernant le manque de la modération de contenus évoquant l’exploitation d’enfants, de radicalisation extrémiste, etc. sur la plateforme. De plus, Google fait l’objet d’enquêtes antitrust en Europe et aux États-Unis. La société a déjà dû s’acquitter de milliards de dollars d’amendes pour pratiques anticoncurrentielles. Comme si ce n’était pas suffisant, Sundar Pichai doit aussi gérer des polémiques internes, sur fond de harcèlement sexuel. D’ailleurs, Larry Page et Sergei Brin auraient supervisé l’approbation d’un forfait de sortie de 90 millions de dollars au bénéfice d’Andy Rubin, cofondateur d’Android, qui s’est englué dans des accusations d’inconduite sexuelle. Cette affaire a occasionné la plus grande manifestation interne chez Google (Google Walkout), qui a vu la participation de 20.000 employés. Plus récemment, Google est aussi accusé de faire taire les voix des syndicalistes après avoir licencié des collaborateurs qui ont mené des manifestations au sein de l’entreprise. Dans tous les cas, les cofondateurs de la société ne seront plus impliqués dans les manières dont Google va traiter ces problèmes et les impacts qu’ils auront en interne comme en externe. Actuellement, nul ne sait comment ils comptent utiliser leur énorme fortune de plus de 100 milliards de dollars, d’autant aucune action philanthropique n'a été annoncée.

À lire aussi L’Union européenne enquête sur Google et Facebook pour utilisation abusive de données

AUCUN COMMENTAIRE