Une étude publiée dans le « Journal of Social and Clinical Psychology » affirme que l’abus de réseaux sociaux peut être dangereux pour la santé mentale. Cette étude menée par des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie a permis de conclure qu’une consultation excessive des plateformes comme Facebook, Instagram, et Snapchat pourrait entraîner des dépressions et des crises d’anxiété. Les recherches ont été réalisées auprès de 143 élèves. Les sujets du premier groupe n’ont pas changé leurs habitudes de fréquentation des réseaux sociaux tandis que ceux du deuxième groupe ont limité la consultation des plateformes à 10 minutes par jour. L’étude de 3 semaines a montré un lien apparent entre la dépression et l’utilisation des réseaux. De plus, cette conclusion a été confirmée chez les élèves qui ont fait part d’un sentiment de solitude et de mal-être au début de l’étude.

Suite à ces observations, Olivier Le Deuff, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bordeaux Montaigne, a affirmé que certains points doivent être pris en compte dans cette étude avant de diaboliser les réseaux sociaux. En effet, les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie n’ont pas précisé la catégorie sociale des sujets de l’étude. De plus, ils n’ont pas pris en compte le fait que la moindre consultation des réseaux sociaux peut pousser les sujets à pratiquer d’autres activités qui seraient bénéfiques pour eux. Toujours selon Olivier Le Deuff, cette étude contribue par contre à une prise de conscience générale concernant les éventuels effets de l’addiction aux réseaux sociaux.

L’addiction aux #réseauxsociaux peut nuire à la santé mentale Click to Tweet
À lire aussi Santé : pas d’écran pour les enfants de moins de trois ans

AUCUN COMMENTAIRE