Les échanges économiques se fondent de plus en plus sur les solutions digitales. Mais cela pose un problème constant : la sécurité des données. Cette situation a donné lieu à la prolifération des entreprises en cybersécurité. Ces dernières proposent diverses solutions aux entreprises pour éviter les attaques susceptibles de les affecter d’une manière plus ou moins brutale. Les experts s’accordent à dire que le montant des investissements dans ce secteur représentera 133 milliards de dollars jusqu’en 2022. Il aura ainsi triplé en 13 ans. D’un autre côté, certains observateurs pensent que le marché de la cybersécurité est une bulle qui menace de s’éclater dans le futur. Pour étayer leurs pensées, ces derniers se penchent sur les réelles utilités de ces solutions pour les sociétés. Lors des dernières attaques informatiques majeures, les entreprises victimes n’ont pas connu de vrais désastres économiques et financiers. On peut citer l’exemple d’Equifax qui a retrouvé sa valorisation en deux ans seulement, et Sony qui « n’a perdu » que 100 millions de dollars. Trop peu par rapport à sa valeur boursière de 70 milliards de dollars. D’un autre côté, les investissements en cybersécurité ne cessent d’augmenter. En guise d’illustration, 300 nouvelles startups se présentent chaque année. Rien qu’en 2018, le montant investi a atteint le chiffre de 5,3 milliards de dollars. Les sociétés de ce secteur arrivent également à lever des fonds plus facilement. Mais à terme, il semblerait que les entreprises vont diminuer leurs offres de sécurisation de leurs données si l’impact des attaques annoncées n’est pas si grave. Dans ce cas de figure, la bulle va réellement éclater.

Mais à priori, ces inquiétudes ne tiennent pas la route pour différentes raisons. Tout d’abord, les investissements publics dans ce domaine maintiennent le marché à flot. Les États-Unis et la France en sont les principaux exemples. Les premiers ont investi 15 milliards de dollars sur la cyber-défense, tandis que la deuxième a créé un cyber-commandement riche de 4000 effectifs d’ici 2025. Les entreprises de cybersécurité profitent aussi du renforcement progressif de la réglementation, à l’exemple de la RGPD européenne. Celle-ci stimule, en effet, les ventes de leurs solutions de sécurité. C’est également un secteur qui innove constamment. Les acteurs sont capables d’imaginer les pires scénarios pour inventer de nouvelles technologies. Mais les vrais facteurs qui vont empêcher la bulle d’éclater se situent au niveau des entreprises acheteuses. En effet, par peur que les attaques détériorent la confiance accordées par leur clients, elles seront poussées davantage à se protéger et alimenter le marché. Les entreprises veulent aussi éviter les attaques dites « paralysantes » qui peuvent affecter leur fonctionnement, même dans un court terme. Du côté du pouvoir public, les craintes se font surtout sentir au niveau des actions éventuelles des pirates informatiques sur des installations qui garantissent la vie des citoyens. Une crainte qui augmente exponentiellement avec l’agrandissement de la surface d’attaque à travers les nouveaux gadgets technologiques comme les objets connectés. Tout cela confirme davantage que les secteurs publics et économiques vont plutôt investir de plus en plus dans les solutions de cybersécurité.

Investissement en #cybersécurité : pas de risque d’éclatement d’une bulle Click to Tweet
À lire aussi Cybersécurité : l’application est devenue la cible principale devant l’infrastructure et l’IoT

AUCUN COMMENTAIRE