Contrairement à la lumière dont la couleur peut être identifiée rapidement en fonction de sa longueur d’onde, l’odeur est plus difficile à discerner, car constitué de molécules complexes. Les chercheurs font souvent face à des difficultés pour reconnaître une odeur d’une composition moléculaire. Pour résoudre ce problème, des chercheurs de Google Brain Team ont appris à une intelligence artificielle à reconnaitre une odeur. Les chercheurs détaillent leurs expériences dans un document publié sur Arxiv. Ils se sont basés sur des données de 5000 molécules odorantes connues des parfumeurs, qu’ils ont ensuite étiquetées. Certaines d’entre elles ont servi à entraîner une IA de type GNN. Les molécules non utilisées ont ensuite été utilisées pour tester ses capacités.

Même si l'expérience est réussi, les chercheurs de Google Brain Team ont déclaré cependant que cette nouvelle technologie de reconnaissance des odeurs par une IA comporte quelques limites. Tout d’abord, elle n’est pas capable d’identifier les parfums dits « en paires chirales », c’est-à-dire celles qui ont les mêmes atomes constituants, mais ne dégagent pas la même odeur. Elle connaît également des difficultés notables face à des compositions de parfum. Les chercheurs se révèlent relativement enthousiastes après cette réussite. Selon eux, cette découverte pourrait avoir des applications dans les domaines des neurosciences et de la fabrication des parfums synthétiques. Google n’est pas le seul à se lancer dans ce type de technologie. Lors de l’exposition sur l’IA au Barbican Center de Londres, des chercheurs ont réussi à apprendre une IA à recréer l’odeur d’une fleur. Les chercheurs russes ont réussi à développer une IA capable de détecter les odeurs des gaz mortels. IBM est aussi en train de tester la capacité d’une IA à créer des parfums. D’autres experts tentent actuellement de concevoir des algorithmes d’apprentissage automatique sur la base de l’odorat humain.

#GoogleBrain Team a réussi à apprendre à une #IA à reconnaître les odeurs Click to Tweet
À lire aussi Google confirme bien avoir atteint la suprématie quantique avec son ordinateur Sycamore

AUCUN COMMENTAIRE