La FCC (Federal Communications Commission) a décidé de ne plus attribuer de financement provenant de l’Universal Service Funds (Fonds USF) aux sociétés susceptibles de présenter une menace pour la sécurité nationale. Une mesure qui vise spécialement les entreprises chinoises Huawei et ZTE. Désormais, ces sociétés ne recevront plus de subventions qui les aideraient à acheter des équipements pour le déploiement de leur infrastructure de communication. Selon le président de la FCC, Ajit Pai, cette décision visant particulièrement ces deux sociétés est motivée par leur lien avec le gouvernement chinois, notamment leurs obligations envers son service de renseignement. Selon le président, ces deux entreprises sont impliquées dans des vols de propriété industrielle et de cas de corruption.

Les entreprises chinoises font l’objet de suivi drastique de la part du gouvernement américain depuis quelques années, suite à des suspicions de vente d’équipement compromis pour le compte du renseignement chinois. Cette approche a mené à l’arrestation de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, malgré les protestations de l’entreprise. Actuellement, Huawei et ZTE éprouvent des difficultés certaines à opérer aux États-Unis. De plus, la nouvelle règle établie par la FCC interdirait les entreprises américaines de vendre des produits technologiques aux deux sociétés. Des personnalités politiques s’y mettent également, après que des sénateurs américains aient émis une lettre de protestation, suite à l'attribution du Département du Commerce de licences à des sociétés faisant affaire avec Huawei. Une autre proposition de mesures encore en discussion consiste aussi à demander aux entreprises ayant reçu une aide de l’USF de retirer les équipements chinois déjà installés. La FCC concède que cela aurait de lourdes conséquences financières sur les entreprises américaines. Pour les soutenir financièrement, l’agence propose un programme de remboursement pour aider les sociétés concernées à financer leur migration vers des fournisseurs plus fiables.

À lire aussi Android : Certaines des applications préinstallées peuvent contenir des failles de sécurité

AUCUN COMMENTAIRE