Dans un billet de Forbes du 30 septembre, l’on a appris que le FBI a demandé à un suspect de déverrouiller son iPhone X avec FaceID. Une grande première dans le monde comme utilisation de la technologie rapportée dans un compte-rendu fédéral. Le FBI s’était muni d’un mandat pour avoir accès au contenu du smartphone, soupçonné d’être composé d’images pédo-pornographiques. Ce rapport de police remet sur table la discorde entre le FBI et Apple sur le chiffrement des données. Face à la demande des autorités, la firme américaine a déjà proposé son aide sans toutefois fournir une porte dérobée pérenne utilisable en tout temps.

Pour cette affaire-là, le FBI a accédé à des informations sur le téléphone du suspect et non sur les contenus supprimés. Pour cela, les autorités auront besoin d’un boitier comme GrayKey pour contourner le mot de passe chiffré. Et afin de protéger ses utilisateurs, Apple a déjà fourni dans la mise à jour de l’iOS 11.4.1 une protection contre GrayKey. Mais GrayShift a un accord avec les autorités pour proposer des outils encore plus performants.

FBI : #FaceID pour déverrouiller un #iPhoneX Click to Tweet
À lire aussi Rentrée Apple : de nouveaux iPhone en attente

AUCUN COMMENTAIRE