Le chiffre de NTT est sans appel, presque la moitié (48 %) des entreprises clientes de NTT dans le monde fonctionne encore avec des équipements réseau vieillissants ou obsolètes. Ce verdict sans appel constaté par l’étude 2020 Global Network Insights Report de NTT, révèle que la situation ne fait qu’empirer, car l’enquête conduite en 2017 avait relevé que seulement 13 % des entreprises avaient des équipements dépassés. Selon le rapport, cette apathie est de la faute du cloud. Oui du cloud, car « à mesure que les entreprises font migrer leurs applications vers des environnements multicloud, leurs investissements dans les infrastructures sur site diminuent au profit de ceux dans le cloud », peut-on lire dans le rapport.

En fait, de nombreuses entreprises préfèrent continuer à exploiter au maximum leur parc réseau existant et freiner leurs investissements dans la réarchitecture de leurs infrastructures de communication et de sécurité sur site. Il en résulte une multiplication des équipements réseau obsolètes et non corrigés présentant des vulnérabilités logicielles, exposant les entreprises à des risques et à des menaces pour la sécurité de ses informations. En Europe, l’obsolescence ou le vieillissement des équipements représente 46 % des équipements des entreprises.

Les équipements obsolètes comportent, en moyenne, deux fois plus de vulnérabilités (42,2 %) que les modèles vieillissants (26,8 %) ou à jour (19,4 %). Ces risques sont encore accentués lorsque les entreprises n’installent pas les correctifs ou les mises à jour du système d’exploitation d’un équipement tout au long de sa durée de vie. « Or, elles continuent de négliger cette opération », se lamentent les rédacteurs du rapport.

Dans cette « nouvelle ère », alors que les entreprises réinventent les modes de travail, il va être essentiel d’intégrer la résilience dans leurs activités. « La pandémie va transformer durablement le fonctionnement des entreprises, notamment par la mise en place d’espaces de travail intelligents qui permettent la distanciation sociale dans leurs bureaux physiques, tandis qu’un grand nombre d’entre elles continueront d’adopter le télétravail.

Dans le même temps, l’essor des nouvelles infrastructures sans fil, en progression de 13 % sur un an, et des espaces ouverts de coworking nécessitera une approche originale de l’architecture réseau dans son ensemble », affirment les experts de NTT. L’étude s’appuie sur les données issues d’évaluations technologiques réalisées auprès d’un millier d’entreprises clientes et couvrant plus de 800 000 équipements réseau.

publicité