Le Consumer Technology Association (CTA), le producteur derrière l’évènement CES a décidé d’attribuer à nouveau le prix de l’innovation à la startup Lora DiCarlo qu’il avait retirée de la société à la fin de l’année 2018. En janvier, le CTA a annulé le prix qu’il avait attribué à l’entreprise pour la conception d’un dispositif mains libres utilisant le biomométisme et la robotique pour aider les personnes à atteindre un orgasme mixte. Cet appareil sexuel appelé « Osé » stimulerait à la fois le point G et le clitoris. Il serait équipé d’une technologie micro-robotique pour imiter la sensation d’une bouche, d’une langue et des doigts humains pour provoquer un orgasme chez les femmes.

Lora DiCarlo a soumis sa candidature au CES Innovation Award en septembre 2018 et la CTA a informé la startup de son attribution début octobre. Le 31 octobre 2018 par contre, Brandon Moffet, le directeur principal de CES Project a informé la société qu’ils avaient été disqualifiés. Le CTA a qualifié le produit de la startup d’immoral, obscène, indécent, profane tout en insistant qu’il ne correspondait pas à l’image du CTA. Une situation qui a montré que la sexualité est toujours tabou au CES. Toutefois, la tempête de presse autour de cette circonstance n’a fait que renforcer la réputation de Lora DiCarlo. Malgré les critiques, la startup a pu réunir un financement de 2 millions de dollars pour développer son activité. Dernièrement, la CTA a décidé de s’excuser auprès de Lora DiCarlo tout en ré-attribuant le prix « CES Innovation Award » à la startup. Lora Haddock, la fondatrice et directrice générale de Lora DiCarlo a déclaré qu’elle appréciait le geste de la CTA qui a fait un pas important pour éliminer la stigmatisation et l’embarras liés à la sexualité féminine.

Le #ConsumerTechnologyAssociation a décidé de rétribuer le prix de l’innovation à la société Lora DiCarlo… Click to Tweet
À lire aussi Les enjeux numériques du secteur banques assurances

AUCUN COMMENTAIRE