C’est un fait assez inattendu de la part d’une entreprise qui utilise une technologie aussi avancée que la reconnaissance faciale, mais Clearview AI vient de déclarer s'être fait voler la totalité de la liste de ses clients. Il semble ainsi qu’une certaine partie des serveurs de l’entreprise n'était pas verrouillée. La société a annoncé que le vol a été perpétré par un tiers via un point de vulnérabilité. La plupart des informations concernant ses quelques 600 clients, généralement des organismes d’application de la loi, ont donc été dérobées.

La personne qui a volé ces informations sait désormais le nombre de comptes que les clients de Clearview AI ont créés, de même que le nombre de recherches qu’ils ont réalisées. L’entreprise affirme cependant que le pirate informatique n’a pas pu accéder à la base de données des trois milliards d’images. Dans une déclaration, l’avocat de Clearview AI, Tor Ekeland, a déclaré que la société accorde une importance absolue à la sécurité de ses données. Par contre, il admet qu’aucune entreprise n’est à l’abri de ce type de méfait. Par ailleurs, il confirme que l’entreprise a déjà réussi à corriger la faille de sécurité.

Clearview AI est une entreprise qui fait actuellement l’objet d’une controverse. Récemment, elle a fait l’objet d’un examen public après que le New York Times a publié un rapport stipulant qu’elle a constitué la majeure partie de sa base de données à partir de photos de profils d’utilisateurs des réseaux sociaux. La liste inclut entre autres Facebook, YouTube, Instagram et Venmo. Ces plateformes, à l’exemple de Google et Facebook, ont adressé des lettres de cessation et d’abstention à l’encontre de Clearview AI. Sur CBS, le PDG de l’entreprise, Hoan Ton-That, a affirmé qu’il compte contester ces lettres devant le tribunal, en arguant son droit à l’information publique selon le premier amendement de la Constitution des États-Unis.

À lire aussi Un rapport qui a fuité recommande à l’UE de créer un réseau de bases de données de reconnaissance faciale susceptibles d’être partagées avec les États-Unis

AUCUN COMMENTAIRE