Les lentilles de contact constituent actuellement une alternative de choix pour régler des problèmes de vue. Toutefois, les patients doivent les porter pendant près d’un mois pour s’y habituer. Les chercheurs de l’Université de Californie ont développé dernièrement une solution pour remédier à ce problème. Ils ont conçu des lentilles de contact capables de basculer automatiquement entre la focalisation sur des objets proches et éloignés en fonction des mouvements oculaires du porteur. Le prototype fonctionne actuellement grâce à une installation spéciale constituée de plusieurs composants. Les scientifiques prévoient de miniaturiser le dispositif pour être porté par des patients dans un futur proche.

Ces nouvelles lentilles cornéennes ont été présentées pour la première fois dans un article intitulé « A Biometric Soft Lens Controlled by Electrooculographic Signal » ou « Une lentille bio-mimétique contrôlée par un signal électro-oculographique ». Ces lentilles se constituent de 2 parties distinctes. La première est la lentille elle-même. Ce dispositif médical imitant le fonctionnement de l’œil humain se constitue de couches de films polymères extensibles capables de changer de forme quand un courant électrique les traverse. Les chercheurs ont utilisé une source d’alimentation externe pour envoyer de l’électricité dans les lentilles afin de provoquer une dilatation ou une contraction des couches. La réduction ou l’augmentation de l’épaisseur de la lentille crée un zoom dans le champ de vision du porteur. Le deuxième dispositif quant à lui est destiné à détecter les signaux électro-oculographiques de l’œil humain. Les signaux reçus sont ensuite analysés par le capteur pour être traduits au niveau des lentilles. La sensibilité du système peut être réglée pour détecter plusieurs clignotements, permettant ainsi de faire basculer l’objectif pour qu’il fonctionne comme un zoom téléobjectif.

Des chercheurs de l’Université de Californie créent des lentilles de contact capables de zoomer le champ de… Click to Tweet
À lire aussi Les algorithmes de reconnaissance des émotions ne seraient pas fiables selon les chercheurs

AUCUN COMMENTAIRE