Les actionnaires d’Amazon se sont regroupés mercredi pour parler des futurs projets de la firme. Ils ont décidés de refuser les deux propositions demandant à Amazon de ne pas vendre sa technologie de reconnaissance faciale aux autorités. La première proposition a demandé à Amazon de limiter la vente de sa technologie « Rekognition » à la police et aux agences fédérales. La deuxième quant à elle exige la réalisation d’un examen indépendant des droits de l’homme et des droits civils concernant l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale, car ce dispositif comporterait des imprécisions pouvant être utilisées pour discriminer certaines minorités sur le plan racial.

Le groupe de liberté civile (ACLU) a tenté de convaincre les investisseurs d’Amazon de ne pas vendre sa technologie de reconnaissance faciale aux gouvernements avant la réunion annuelle du mercredi. Ils ont indiqué que ce dispositif pourrait être utilisé pour viser de manière disproportionnée les immigrants, les minorités religieuses, les personnes de couleur, les activistes, ainsi que les autres communautés vulnérables. Toutefois, les actionnaires d’Amazon ont quand même décidé de poursuivre leurs projets. Shankar Narayan, de l’ACLU de Washington, a déclaré que cette décision devrait inciter Amazon à prendre conscience des inconvénients réels de la surveillance des visages et d’essayer de changer de cap avant qu’il ne soit trop tard.

Les actionnaires d’#Amazon ont rejeté l’interdiction de vente des dispositifs de #reconnaissancefaciale aux… Click to Tweet
À lire aussi San Francisco est la première ville américaine à interdire la surveillance par reconnaissance faciale

AUCUN COMMENTAIRE