De nouvelles recherches en matière de sécurité ont révélé que la 5G comportait des vulnérabilités pouvant mettre en danger les utilisateurs de téléphones mobiles. Des chercheurs en sécurité de l’Université Purdue et l’Iowa ont détecté près d’une douzaine de failles permettant de suivre la localisation d’une victime en temps réel, de déclencher les alertes d’urgences pouvant créer la panique ou de déconnecter un téléphone du réseau 5G. Cette découverte a rendu les chercheurs sceptiques quant à la fiabilité de la 5G. En effet, ce réseau de dernière génération devrait être plus sécurisé que la 4G car il serait capable de résister aux attaques utilisées pour cibler les utilisateurs de la 2G et de la 3G.

Les chercheurs ont déclaré avoir conçu un nouvel outil appelé 5GReasoner pour détecter 11 nouvelles vulnérabilités 5G. Ils ont découvert qu’un pirate informatique pouvait réaliser plusieurs attaques de surveillance et de perturbation contre un téléphone connecté à la 5G en créant une station de radio illicite. Donc, les vulnérabilités peuvent être exploitées par les personnes ayant des connaissances approfondies des réseaux 4G/5G et disposant d’une radio peu couteuse définie par logiciel. En simulant une attaque de ce type, les chercheurs ont pu obtenir les anciens ainsi que les nouveaux identifiants de réseau temporaire du téléphone d’une victime. Ce qui a permis d’accéder aux balises de pagination permettant de suivre la position d’un téléphone ou même de détourner cette balise pour diffuser de fausses alertes d’urgence. Ce qui selon eux est susceptible de provoquer un chaos artificiel.

Un autre type de vulnérabilité permettrait également de créer une condition de déni de service prolongé contre un téléphone cible. Dans certains cas, les failles de sécurités peuvent être utilisées pour rétrograder une connexion cellulaire à une norme moins sécurisée pour permettre aux forces de l’ordre et aux pirates informatiques de lancer des attaques de surveillances à l’aide d’un outil « Stingray » spécialisé.

À lire aussi 5G : Débats houleux sur l’attribution des fréquences radio entre opérateurs mobiles et météorologues

AUCUN COMMENTAIRE