Dans une étude sur l’avenir des emplois dans le secteur de la technologie, plus de 250 dirigeants ont exposé leurs idées sur l’évolution de la main-d'œuvre dans ce secteur professionnel. Leurs avis ont été compilés dans un article du Consumer Technology Association cette semaine. En général, les patrons d’entreprises s’accordent à dire qu’ils auront à gérer des changements majeurs dans les prochaines années. Il s’agit, entre autres, de la concurrence de l’automatisation sur la création d’emplois. Néanmoins, les entreprises n’entendent pas freiner les recrutements de nouveaux talents pour autant. S’ils souhaitent davantage embaucher, ils recherchent, toutefois, des personnes ayant des qualifications techniques élevées. Ils pensent que c’est la seule parade pour faire face aux évolutions qui vont arriver.

La plupart des patrons d’entreprises technologiques sont d’accord pour dire que trouver les mains d’œuvres qualifiées ne leur est pas facile. Parmi les plus recherchées, ils citent les développeurs de logiciels, les analystes de données, les ingénieurs et les spécialistes en IA et apprentissage. Les compétences en matière de cloud, de réseaux informatiques et de sécurité internet sont également très demandées par les patrons. Par ailleurs, ils déclarent utiliser de nombreuses sources en ligne pour trouver les meilleurs candidats. Par contre, seule la moitié d’entre eux comptent sur les stagiaires. Les entreprises technologiques sont aussi conscientes de l’importance des avantages non salariaux pour attirer les candidats. Ils citent entre autres l’assurance maladie, les primes, les congés payés et la flexibilité des horaires. D’autres entreprises déclarent offrir des formules inédites pour fidéliser leurs talents comme les loisirs planifiés, la nourriture gratuite ou encore les open space. Enfin, les dirigeants qui ont répondu à l’étude privilégient de plus en plus les profils multi-compétences.

Plus de 250 dirigeants d’entreprises technologiques décrivent les compétences qu’ils recherchent dans une étude Click to Tweet
À lire aussi La relation client : au-delà de la technologie

AUCUN COMMENTAIRE