Dernièrement, Thomas Kurian, le PDG de Google, a déclaré qu’il prévoyait de devenir la plateforme Cloud nº 2 dans les 5 prochaines années. Pour atteindre ses objectifs, Google devrait d’abord surpasser Microsoft tout en cherchant la meilleure manière de combler le fossé avec Amazon, actuellement leader du marché. Le dernier rapport de Gartner estime qu’AWS détient 47,8% du marché du Cloud en 2018, contre 15,5% pour Microsoft et 4% pour Google.

Un article de Tech Insider explique que les analystes s’attendent à ce que Google fasse une acquisition importante dans le secteur du Cloud pour développer son activité. Le géant américain a déjà racheté la société d’analyse de données Looker pour 2,6 milliards de dollars. En novembre, Google a également fait l’acquisition de CloudSimple, une entreprise qui était auparavant un élément essentiel de l’écosystème Cloud de Microsoft. Les experts estiment que la seule manière pour Google de rattraper son retard face à ses concurrents serait de faire une grosse acquisition. Même si Google est réputé pour ses outils basés sur l’intelligence artificielle et ses capacités d’analyses de données, la société doit étendre ses offres pour être en mesure de concurrencer ses principaux rivaux.

Dans ce contexte d’acquisition d’entreprise, des experts ont établi la liste des entreprises que Google pourrait acheter pour stimuler son activité Cloud.

AT&T Cloud : AT&T Cloud fait partie des entreprises susceptibles d’être acquises par Google. Cette société propose actuellement des solutions Cloud pour les entreprises avec des outils qui permettent de stocker, de gérer et de partager des données. Les experts estiment que l’activité Cloud d’AT&T est suffisamment petite pour s’intégrer facilement dans Google Cloud.

Century Link : Cette entreprise est connue pour fournir des services internet, de téléphonie, de télévision, d’informatique ainsi que dans le domaine de la sécurité du Cloud et réseau. Son acquisition permettrait à Google de développer de nouveaux produits basés sur les télécommunications. Toutefois, le rachat de Century Link par Google est actuellement peu probable, car sa capitalisation boursière est estimée à 10 milliards de dollars.

Cerebras : Cette startup californienne est spécialisée dans la conception de puces d’intelligence artificielle basées sur le Deep Learning. Sa valeur boursière est actuellement évaluée à 1,71 milliard de dollars. Comme Google est déjà spécialisé dans l’IA, l’acquisition de Cerebras constituerait une réelle opportunité pour son expansion.

Ericsson : La société de télécommunications suédoise Ericsson développe des technologies de mise en réseau et de connexion internet. L’entreprise se concentre actuellement sur la conception d’un réseau 5G plus rapide. Son acquisition pourrait permettre à Google de s’imposer dans le domaine des télécommunications. Toutefois, sa capitalisation boursière est estimée à 22 milliards de dollars, ce qui reste assez élevé même pour Google.

Fiddler Labs : Avec une capitalisation boursière de 37,5 millions de dollars, Fiddler Labs développe un logiciel destiné à la surveillance des performances, des prévisions et des informations obtenues à travers les algorithmes d’IA de l’entreprise. Il est possible que Google puisse acquérir Fiddler Labs car cette entreprise permettra au géant américain de concevoir un logiciel de surveillance et de gestion des données de réseau plus efficace.

Graphcore : Google pourrait racheter Graphcore car ce dernier construit des puces qui permettent de résoudre plus rapidement les problèmes d’IA et de Machine Learning.

IBM Cloud : IBM possède également sa propre plateforme Cloud « IBM Cloud » même si celle-ci ne connait pas autant de succès que celles de ses concurrents. Son acquisition donnerait un avantage concurrentiel à Google Cloud car cette entreprise possède déjà une infrastructure Cloud solide. Toutefois, les experts estiment qu’il est peu probable qu'IBM se sépare d’IBM Cloud.

Nokia : Cette société de télécommunication et de téléphonie finlandaise constitue une acquisition de choix pour Google grâce à son innovation dans la technologie 5G. Toutefois, cette situation s’avère peu probable vu la capitalisation boursière de l’entreprise est estimée à 15 milliards de dollars.

Nutanix : Nutanix est spécialisé dans le développement de logiciels permettant aux entreprises de gérer leur réseau dans le cloud et dans les centres de données privés. Le rachat de Nutanix permettra à Google de stimuler son activité dans le domaine du Cloud hybride où les serveurs et les centres de données s’intègrent plus facilement avec le Cloud.

Oracle Cloud : Cette entreprise est une cible potentielle pour Google, car elle dispose déjà d’une infrastructure Cloud solide. De plus, Oracle Cloud possède également une forte expérience dans la collaboration avec les entreprises.

Palo Alto Networks : Avec une capitalisation boursière de 14 milliards de dollars, Palo Alto Networks est susceptible d’être racheté par Google grâce pour son savoir-faire dans le domaine de la protection des données. Palo Alto Networks est spécialisé dans le développement d’outils de cybersécurité basé sur le Cloud.

Rackspace : Rackspace pourrait être l’une des futures acquisitions de Google, car ce fournisseur de service s’occupe de la prise en charge des clients qui veulent migrer vers le Cloud. La stratégie de communication de Rackspace constitue une réelle aubaine pour Google. Elle pourrait proposer ses services pour inciter les clients à se tourner vers les solutions Cloud de Google.

Salesforce : La société de logiciels Salesforce est susceptible d’être racheté par Google, car l'entreprise de Marc Benioff pourrait l’aider à surpasser Microsoft. Toutefois, il est peu probable que Google puisse l’acheter, car sa valeur est actuellement évaluée à 250 milliards de dollars. De plus, Salesforce génère autant de revenus en 6 mois que Google Cloud en une année.

Service Now : Cette entreprise fait partie des premiers à avoir exploité des applications basées sur le Cloud. Les experts estiment que Google pourrait racheter cette société d’application logicielle pour étendre son portefeuille produit.

Splunk : Splunk est une société d’analyse de données qui fabrique des produits destinés à aider les développeurs à suivre et à analyser une immense quantité de données générées par des logiciels moderne. Ces outils permettent de diagnostiquer les problèmes et de lutter contre les attaques malveillantes.

Supervisely : Cette startup d’intelligence artificielle a conçu un système capable d’analyser des images pour identifier et étiqueter chacune d’entre elles, et est actuellement utilisée par des entreprises comme Mazda et Alibaba. Son acquisition permettrait à Google de créer de meilleures applications d’IA en formant et en classifiant les données nécessaires à la conception de ses algorithmes.

Verizon Enterprise : Le rachat de cette entreprise de télécommunication constitue une opportunité pour Google de percer dans le domaine des communications commerciales ainsi que dans les services de mise en réseau et de sécurité aux grandes entreprises.

VMware : Cette entreprise fait partie des pionniers à avoir rendu possible la mise en place du Cloud moderne. En étant spécialisé dans les services pour les entreprises, VMware est actuellement le principal fournisseur de technologies de virtualisation.

Workday : Workday est spécialisé dans les outils de finance et de ressources humaines basées sur le Cloud. Cette entreprise fait partie des 4 piliers du Cloud technologique que Google pourrait acquérir pour booster son activité. En effet, les services de Workday sont utilisés par 50% des sociétés du Fortune 500. Toutefois, il est également possible qu’elle soit rachetée par Microsoft.

Les Intégrateurs : Les analystes estiment que Google devrait travailler avec de nouveaux partenaires et des intégrateurs informatiques qui accompagnent les entreprises dans la mise en place de nouvelles technologies et dans la migration vers le Cloud.

À lire aussi La baisse du cloud public profite au segment privé
publicité