Les technologies d’intelligence artificielle offrent de nombreuses opportunités pour les métiers des ressources humaines. Le cabinet d’analystes Gartner a identifié les trois cas d’usage les plus répandus de l’IA dans les RH.

Une récente enquête menée par le Gartner a révélé que 23% des projets actuellement menés par les organisations autour de l’IA concernaient la gestion des ressources humaines et le recrutement. Au sein de ces métiers RH, les principaux usages de l’IA portent sur la relation avec les employés et avec les candidats.

1Le recrutement de nouveaux talents

Le cas d’usage le plus fréquent concerne l’acquisition de talents. L’utilisation de l’IA dans le processus de recrutement est souvent victime d’une mauvaise image, les médias mettant en avant le risque de biais ou de discrimination si la sélection des candidats était entièrement confiée à des algorithmes. Pour Helen Poitevin, auteur du rapport, aucune organisation n’envisage de déléguer tout le recrutement à une machine. Dans les faits, l’IA est principalement utilisée pour analyser le marché du travail, identifier des compétences, voire même pour discerner des biais dans les descriptions de poste ou le classement des candidats : précisément le contraire des craintes précédemment évoquées. Les recruteurs s’appuient également sur des chatbots pour la planification des rendez-vous ou en pré-entretien, pour poser les questions les plus classiques. Ces assistants virtuels permettent d’optimiser le processus de recrutement, notamment dans les organisations qui ont de gros volumes de postes à pourvoir.

L’IA trouve de ce fait des applications aussi bien dans les entreprises qui recrutent en masse, en allégeant les tâches récurrentes qui pèsent sur les recruteurs, que dans celles qui recherchent des compétences rares et difficiles à identifier.

Enfin, l’IA peut être utilisée pour prédire l’adéquation d’un candidat à un poste en fonction des réponses fournies.

2L’IA à l’écoute des employés

L’analyse du ressenti des salariés forme le second cas d’usage le plus courant de l’IA dans le domaine RH. Il s’agit notamment de suivre le degré d’engagement des employés en analysant les retours de ces derniers, lors d’enquêtes de satisfaction ou sur les réseaux d’entreprise. Ainsi, les employeurs peuvent plus facilement identifier certains problèmes afin d’y remédier.

Pour ce type d’usage, les technologies les plus utilisées concernent le traitement du langage naturel, ou NLP.

La capacité à analyser le ressenti des employés peut s’avérer précieuse dans les phases de changement importants, comme une restructuration ou un changement de leadership, notamment dans une optique de prévention des risques.

3Les assistants virtuels RH

Cet usage est encore balbutiant selon le Gartner. Néanmoins, à terme l’idée sous-jacente est de fournir aux employés un canal d’interaction unifié par lequel tous les processus RH passeraient, depuis la réponse aux demandes des employés jusqu’à la gestion des talents.

A l’heure actuelle, de tels assistants sont généralement déployés via des chatbots, dans des centres de contact destinés aux clients ou dans le help-desk. Selon le Gartner, les organisations qui ont mené ce type de projet à bien, avec une bonne adoption des employés, ont toutes constatés une baisse significative des appels au help-desk.

« Démarrez avec un simple outil de FAQ automatisé sur les questions liées au help-desk, et donnez quelques années à l’organisation pour développer un assistant efficace », conseille Helen Poitevin.

Source : Gartner

AUCUN COMMENTAIRE