Selon une étude de Gartner, 75% des organisations qui mènent actuellement des projets autour de l’Internet des Objets (IoT) auront mis en place des jumeaux numériques ou seront en passe de le faire courant 2019.

Les jumeaux numériques sont des doubles virtuels des différents équipements physiques utilisés dans les entreprises, en particulier dans l’industrie. Ils ont pour rôle de représenter l’état de ces équipements à des fins de monitoring, mais ils servent aussi à effectuer des simulations afin d’évaluer l’impact d’un changement, d’une panne ou d’un paramétrage différent. Pour cela, ils s’appuient notamment sur des données, collectées en temps réel par des capteurs installés sur les machines physiques.

Les chiffres du Gartner indiquent que 13% des organisations qui ont des projets autour de l’IoT mettent déjà en œuvre ce type d’approche. L’adoption des jumeaux numérique devrait considérablement s’accélérer courant 2019, 62% d’entreprises ayant indiqué qu’elles travaillaient actuellement à la mise en place de tels outils ou prévoyaient de le faire. Au total, Gartner estime qu’en 2022 deux tiers de ces entreprises auront au moins un jumeau numérique en production.

Selon Benoit Lheureux, vice-président chargé de recherches chez Gartner, les fabricants de solutions basées sur l’IoT sont les plus en avance sur le sujet, voyant dans les jumeaux numériques une opportunité de différencier leur produit et d’établir de nouveaux modèles économiques basés sur le service.

Des projets rassemblant souvent plusieurs parties prenantes

Le cabinet d’analystes point également une particularité des projets autour des jumeaux numériques : ceux-ci peuvent impliquer plusieurs parties prenantes, chacune avec des intérêts distincts, et qui peuvent aussi bien être dans l’entreprise qu’en dehors. 54% des entreprises interrogées indiquent en effet que si leur jumeau numérique répond surtout aux besoins d’un acteur particulier, il arrive parfois qu’il s’adresse à plusieurs destinataires. Près d’un tiers des répondants indiquent de leur côté que leurs jumeaux numériques couvrent les besoins de plusieurs parties prenantes. Par exemple, le jumeau numérique d’une voiture connectée peut servir à la fois au constructeur, à un fournisseur de services pour les clients et à des compagnies d’assurance, chacun de ces acteurs ayant besoin de données différentes.

« Ces constats montrent que les jumeaux numériques répondent à un vaste panel d’usages », observe Benoit Lheureux. « Les concepteurs de jumeaux numériques doivent garder en tête qu’ils devront sans doute adresser les besoins en données de plusieurs consommateurs, et qu’il faudra donc fournir des points d’accès aux données adaptés. »

Intégrer plusieurs jumeaux numériques entre eux pour avoir une vue globale

Dans le cas où les entreprises possèdent plusieurs jumeaux numériques, il est fréquent que ceux-ci soient intégrés. Ainsi, dans une usine électrique avec des valves, pompes et générateurs connectés à l’IoT, il peut y avoir un jumeau numérique pour chaque équipement, tout comme un jumeau numérique composite, qui représente alors l’infrastructure dans son ensemble. Ce dernier agrège les données des différents éléments pour analyser l’ensemble des opérations.

Même si la mise en œuvre de ce type de configuration est complexe, 61% des entreprises qui ont déjà mis en place des jumeaux numériques ont au moins intégré deux d’entre eux. 74% des organisations qui prévoient de déployer des jumeaux numériques prévoient d’en faire de même. Ces chiffres révèlent cependant qu’une proportion non négligeable d’entreprises ne prévoient pas d’intégrer leurs jumeaux numériques.

Pour Benoit Lheureux, même si une vraie intégration est complexe à obtenir, « la capacité à intégrer plusieurs jumeaux numériques ensemble va être un facteur différenciant à l’avenir, alors que les équipements physiques vont évoluer. »

Source : Gartner

AUCUN COMMENTAIRE