Les robots conseillers des banques d’investissements, qui bénéficieront de l’Intelligence Artificielle appliquée à l’automatisation des transactions, gèreront 1 trillion de dollars (1.000 milliards) dès 2020, et environ 4,6 trillions de dollars en 2022.

Quelles sont les priorités d’investissements des services financiers dans les technologies émergentes ? Si l’on se réfère à la médiatisation de ces technologies, c’est la blockchain qui l’emporte. Mais la réalité est autre, certes la blockchain est en bonne place, mais selon PwC c’est l’Intelligence Artificielle (IA) qui tient la corde.

Tiercé gagnant des priorités d’investissements des services financiers dans les technologies émergentes dans les 12 prochains mois :

  1. 30% - Intelligence Artificielle
  2. 20% - Gestion des identités et biométrie
  3. 19% - Blockchain

Réduire les coûts d’exploitation avec l’IA

En soit, l’intérêt des acteurs de la finance pour l’IA n’a rien de nouveau, voilà bien longtemps qu’ils exploitent des algorithmes pour évaluer les projets et accompagner la prise de décision lors des négociations. Cependant, l’objectif aujourd’hui est d’élever cette automatisation vers de nouveaux sommets.

Les institutions financières cherchent à déployer l’IA pour réduire leurs coûts d'exploitation. La technologie doit les rendre plus aptes à traiter de vastes quantités de données et à apprendre de leurs expériences. Et c’est un mouvement sans fin, car si un acteur réussit à réduire ses dépenses, la pression redouble automatiquement sur ses pairs !

L’exemple de l’IA de JPMorgan

JPMorgan, la plus brande banque d’investissement au monde, teste depuis le début de l’année en Europe – avant de l’étendre aux Etats-Unis et en Asie à la fin de l’année - un programme IA nommé LOXM. Reposant sur l’historique de milliards de transactions, le programme vise à décharger les grands portefeuilles boursiers en accélérant au maximum la vitesse les transactions sur les actions tout en optimisant le prix de ces mêmes transactions, sans causer de fluctuation sur le marché.

Pour résumer, JPMorgan veut aller plus loin que les méthodes de trading manuelles et automatisées existantes, afin de réaliser d’importantes économies via l’automatisation par l’IA. Et éventuellement en profiter pour élever les normes du secteur. La réussite du programme LOXM pourrait ainsi mettre la pression sur les concurrents de la banque d’investissement, et placer certains de ses rivaux dans une situation critique.

Surpasser les méthodes actuelles de trading algorithmique

Les banques d’affaires appliquent sur leurs clients des allocations post-commerciales. Le programme LOXM de JPMorgan vise à appliquer la technologie IA en temps réel aux métiers, donc directement à l’exécution des opérations.

Le projet pourrait aller plus loin et être appliqué à la gestion des clients. L’idée ici est d’analyser le comportement et les réactions des clients finaux lors de l’exécutions d’actions, pour une personnalisation plus efficace et à plus grande échelle. Cette démarche d’automatisation sera cependant plus difficile à faire accepter, encore peu de clients dans la finance sont prêts aujourd’hui à accorder leur confiance à la technologie pour des décisions financières importantes…

Image d’entête 825421074 @ iStock AleksOrel

AUCUN COMMENTAIRE