L’Intelligence Artificielle (IA) bouscule les économies mondiales et les dynamiques de concurrence. De plus en plus d’organisations tirent profit des opportunités de croissance et de ROI de l’IA selon une étude de Deloitte menée auprès des pionniers de l’IA dans 7 pays. Mais la maturité des entreprises est encore faible.

Les bénéfices de l’IA ne sont plus à démontrer. Le ROI médian des investissements dans l’IA est de 17 %. Deux tiers des répondants perçoivent l’IA comme indispensable à la réussite de leur entreprise aujourd’hui. Ce chiffre passe à 81 % à horizon 2 ans, et 47 % des répondants (sur 1 900 dirigeants interrogés au cours du 3e trimestre 2018) ont prévu d’augmenter leurs budgets IA de plus de 10 % au cours de la prochaine année fiscale.

Pour accélérer l’industrialisation de l’IA et investir sur la transformation de leur organisation, les répondants recourent significativement à l’externalisation et aux partenariats.

La moitié des répondants français utilisent déjà les fonctionnalités IA de logiciels d’entreprise tels que Salesforce Einstein ou S4 Hana (40 % prévoient de le faire), et 51 % co-développent leurs solutions avec des sociétés de service.

01

Cette tendance au co-développement n’en est qu’à ses prémices, puisque 91 % des répondants au niveau global prévoient d’y avoir recours ou y ont déjà recours. Cette « coopération » permet d’améliorer les produits / services, mais également les opérations internes.

L’optimisation des opérations internes par l’IA est un levier puissant pour fédérer les investissements au sein des groupes, compte tenu de la priorité donnée systématiquement à ce levier, et des synergies réalisables : partage de données pour mieux éduquer les algorithmes, mutualisation des développements de solutions, partage de retours d’expérience sur l’adoption, rotation des experts entre géographies.

Cependant, presque la moitié des répondants reconnaissent que l’IA présente deux risques : les vulnérabilités cyber (49 % des répondants) et la prise de décisions stratégiques biaisée par l’IA (44 % des répondants).

02

Preuve de cette menace réelle : 40 % des répondants dans les Services financiers et Assurances déclarent avoir subi une faille liée à un projet d’IA durant les deux dernières années.

L’intégration proactive des problématiques de cyber sécurité dans le cadre des projets d’Intelligence Artificielle doit donc devenir la norme.

Source : Deloitte.com

AUCUN COMMENTAIRE