SAS, Intel et Accenture Applied Intelligence, en collaboration avec Forbes Insights, ont interrogé des chefs d'entreprise et des leaders d'opinion du monde entier pour identifier les premiers adeptes de l'IA et découvrir leurs meilleures pratiques émergentes en la matière.

Si l'on examine les réponses de plus de 300 cadres supérieurs de tous les secteurs d'activité axés sur l'intelligence artificielle dans les grandes entreprises du monde entier, on constate que les entreprises sont à l’aube d’une accélération du processus d’intégration et de mise en production de systèmes de prise de décision autonomes. C’est ce qu’explique le rapport de SAS qui met en lumière l’avance prise par les entreprises qui s’y sont prises plus tôt que leurs concurrentes.

Des parties critiques du puzzle de l’intelligence artificielle (technologies, capacités, processus…), sont en cours d’assemblage dans différentes parties de l’entreprise, dans différentes industries, pour relever différents défis. « Nous approchons rapidement d’un moment de “masse critique” où l’ensemble de l’image est visible, explique le rapport. Les réponses soumises par bon nombre de ces cadres montrent un niveau d’enthousiasme et d’activités axées sur l’IA qui laissent entrevoir une explosion de l’adoption de l’IA dans un avenir proche, même si des lacunes dans les capacités et la stratégie sont révélées ». Et de constater que « déjà, 72 % des organisations [sondées] ont déployé une technologie fondée sur l’IA ou sont en voie de le faire ».

01

Les bonnes pratiques en IA commencent à émerger

Il ressort clairement des résultats de l’enquête que les dirigeants et les premiers adeptes de l’IA font d’importants progrès dans des domaines clés, en identifiant et en développant ce qui fonctionne, à mesure qu’ils mettent l’IA à l’œuvre de plus de façons et dans plus de secteurs de leur organisation. Les meilleures pratiques émergent déjà.

Un pourcentage élevé de répondants à l’enquête déclare avoir eu un réel succès avec l’IA. Si l’on ne considère que ceux qui ont déclaré avoir déployé des technologies d’IA, 51 % disent que l’impact du déploiement de ces technologies sur leurs opérations a été « réussi » ou « très réussi ». Soixante-et-un pour cent ont indiqué qu’ils s’attendaient à ce que l’analytique joue un rôle « mineur », « moyen » ou « aucun rôle » au niveau de leur organisation en intelligence artificielle. Parmi les répondants à l’enquête, 79 % des entreprises qui déclarent avoir réellement réussi à déployer des technologies basées sur l’IA affirment également que l’analytique devrait jouer un rôle au moins « majeur » dans l’IA.

Dans l’ensemble, ceux qui ont déployé l’IA sont beaucoup plus susceptibles de dire que l’analytique jouera un « rôle complet et central » dans leurs plans d’IA, ils sont près de la moitié. Ceux qui envisagent simplement l’IA, ou dont les capacités d’IA sont encore en cours de développement, ne voient pas le lien aussi clairement, environ un tiers dit que l’analytique jouera un rôle « mineur » dans l’IA ou aucun rôle du tout.

Source : SAS

AUCUN COMMENTAIRE