Avez-vous une DSI centrée sur le pilotage et la valorisation des données de votre organisation ? D’après Viktor Mayer-Schönberger, professeur de régulation internet à Oxford : « la révolution des données est en marche », elle transforme même notre interprétation des informations à notre disposition. Face à ces BigData, la DSI a un rôle prépondérant à jouer pour tirer avantage de ces données. En effet, 98 % des informations dans le monde sont sous forme numérique…

Une nouvelle expertise de Anthony Hié, Directeur des Systèmes d’Information et du Numérique de l’Institut Catholique de Paris.

Le changement d’échelle de l’information est vertigineux, les DSI ont toujours été aux premières loges, ne serait-ce qu’en ‘subissant’ l’augmentation quasi permanente de la capacité de stockage depuis des décennies…

Une nouvelle gouvernance autour de la Data...

Et maintenant, il s’agit de savoir comment s’y prendre pour appréhender ces informations précieuses. Les acteurs qui possèdent ces données et les manipulent ne sont plus forcément localisés à la DSI ! Les projets autour de la donnée sont majoritairement transverses, débouchant sur des solutions gérées le plus souvent en mode SaaS.

Une nouvelle forme de pilotage "collaboratif-constructif" est donc nécessaire pour libérer les informations détenues sous d’anciennes égides managériales...

Plus les données sont massives, plus les corrélations sont pertinentes et les insights intéressants

La richesse de la donnée prend alors tout son sens : la valeur prédictive des analyses permet en effet de transformer les données recueillies en une nouvelle source de valeur et génératrice d’innovation. Selon V. Mayer-Schonberger et K. Cukier, il n’est plus nécessaire de connaître le ‘pourquoi’ d’une situation. Avec une approche massive, on se satisfait dorénavant du ‘quoi’, et paradoxalement les résultats restent plus que pertinents et relativement précis…

Historiquement, la plupart des décisions (humaines) sont fondées sur l’information de nature causale et la plus exacte possible. Cette situation change lorsque les données sont massives et tolèrent l’inexactitude. Cette prise de hauteur sur les données va modifier le paradigme décisionnel…

Le Data-Driven dans les décisions stratégiques      

Selon le dernier baromètre Qlik/CXP, 28 % des répondants considèrent la donnée comme un actif stratégique pour l’entreprise. Il convient alors de changer notre modèle de gouvernance, une coordination des parties prenantes est nécessaire pour améliorer la cohérence globale d’informations qui sont disséminées dans les différentes directions métiers.

Le Chief Data Officer (CDO) peut assurer ce rôle transversal depuis la DSI, et ainsi permettre à l’organisation d’entrer dans cette logique Data-Driven… à condition d’éviter l’effet tunnel en privilégiant toujours une certaine agilité ou plutôt une agilité certaine ! En effet, les utilisateurs vont devenir de plus en plus autonomes, et l’analyse des données de plus en plus aisée. Les outils de Dataviz apportés par la DSI facilitent l’appropriation des informations par les métiers.

Cependant, comme l’indique l’étude QLIK/CXP, de nombreux challenges restent à relever :

  • 56 % des DSI n’ont pas encore refait de schéma directeur sur le décisionnel ;
  • 54 % des projets autour de la donnée durent + de 18 mois ;
  • 52 % des DSI et responsables BI citent une expression de besoin trop floue comme principal facteur d’échec.

De quoi occuper les DSI dans les mois à venir…

Image d’entête 76907953 @ iStock Nael005
PARTAGER
Photo du profil de Anthony Hié
DSI & CDO, ICP

1 commentaire