Par Spencer Hinzen, Directeur Commercial Europe du Sud chez Ruckus Wireless

Les villes du monde entier s’intéressent à la manière dont la technologie peut améliorer la qualité de vie des citoyens, rendre plus efficace le fonctionnement des services publiques et favoriser la croissance des entreprises. Les champs d’application des technologies Smart City sont nombreux et répondent aux enjeux auxquels les villes font face, comme la gestion des déchets et des réseaux routiers, la sécurité des citoyens et l’amélioration des performances en matière de développement durable.

Et la France est en bonne voie pour tirer profit des opportunités liées à la Smart City, comme en témoignent les initiatives déjà portées par 25 villes de France dont Angers et Hossegor. D’autant que l’Etat vient d’annoncer un programme de subventions et d’investissement de 450 millions d’euros destiné à la transformation des collectivités et en particulier la transition numérique des territoires.

Selon une étude réalisée par la Banque Mondiale, 70% des métropoles dans le monde ont une croissance économique supérieure au PIB national et 600 d’entre elles devraient représenter 60% du PIB mondial d’ici 2050. Ces chiffres mettent en évidence la contribution majeure des villes à la croissance économique mondiale, ainsi que le caractère de plus en plus concurrentiel du marché dans lequel elles évoluent, qui les amène à rivaliser les unes avec les autres pour attirer les meilleurs talents et stimuler la productivité des entreprises. Si la technologie Smart City peut effectivement les aider à atteindre cet objectif, il leur faut d’abord commencer avec une base solide.

Le Wi-Fi, pièce manquante du puzzle technologique

Malgré l’engouement pour la Smart City, choisir quelle technologie mettre en place est souvent un obstacle au développement de tels projets. Plus que jamais, les villes sont mises à contribution pour soutenir les efforts de transformation digitale dans l’intérêt de leurs entreprises et de leurs citoyens. Elles ont toujours été des pôles d'activité économique : pour conserver leur longueur d’avance, être « smart » n’est plus simplement « souhaitable », c’est désormais un facteur majeur et incontournable de leur succès économique. Celles qui n’investissent pas dans ces technologies partent déjà perdantes.

De plus, le développement de services numériques devrait être déterminant dans la réduction de l’impact environnemental des villes, grâce aux effets bénéfiques de la gestion intelligente de la circulation, des bâtiments ou encore de l’éclairage public sur la consommation énergétique. Ces services devraient également se traduire par une meilleure qualité de vie pour les résidents. Les villes peuvent ainsi espérer attirer des personnes aux revenus plus élevés, mais également des entreprises florissantes, ce qui contribuera encore davantage à leur réussite économique.

À mesure que les villes s’emploient à mettre en œuvre leurs projets de Smart City, le déploiement d’un Wi-Fi public gratuit devient un prérequis. Tout d’abord parce que le Wi-Fi est incroyablement économique et facile à déployer, ce qui en fait un candidat idéal pour les urbanistes et les collectivités qui cherchent à maximiser leur retour sur investissement sans se retrouver avec des travaux d’infrastructure à rallonge pouvant être retardés par des facteurs échappant à leur contrôle. Autres avantages notables du Wi-Fi : il offre une bande passante élevée et est accessible par la quasi-totalité des appareils mobiles.

Combler le fossé entre la ville et ses citoyens

La motivation première pour déployer le Wi-Fi au sein d’une ville est de connecter les utilisateurs, qu’ils soient résidents ou simples visiteurs, avec ses services. Si beaucoup considèrent l’accès à internet comme un acquis, il est important de rappeler que plus de 4 milliards de personnes dans le monde ne disposent même pas d’une connectivité de base à Internet. En France, 7,5 millions de citoyens, situés principalement en zone rurale, n’ont pas accès à une connexion internet de qualité, soit 11% de la population, comme le révèle une étude UFC-Que Choisir sur la fracture numérique publiée l’année dernière. Avec la digitalisation croissante des services publics et privés, les villes qui fournissent un accès internet en tant que service public veillent à réduire cette fracture numérique et les effets pénalisants qui en découlent pour les personnes concernées.

L’offre d’un Wi-Fi public profite également au secteur du tourisme. De nos jours, les touristes veulent pouvoir être connectés à tout moment, où qu’ils se trouvent, et particulièrement lorsqu’ils comptent sur Internet pour effectuer une réservation ou se renseigner sur l’endroit qu’ils visitent.

Aller plus loin qu’Internet

L’un des grands avantages de construire un réseau Wi-Fi à l’échelle de la ville est que, une fois déployé, celui-ci permet de mettre en œuvre de nombreux cas d’utilisation et d’accueillir d’autres développements. C’est le cas, par exemple, des services de localisation intégrés aux points d'accès qui permettent aux urbanistes d’obtenir des informations précieuses en matière de fréquentation. Ces enseignements peuvent les aider à déployer plus efficacement les ressources publiques, comme les services de police, et même à éclairer les futures décisions de planification et de développement urbain.

Parmi les déploiements les plus innovants en matière de ville intelligente, de plus en plus reposent sur l’IoT. À Bordeaux comme à Nice, des déploiements de capteurs permettent de superviser la consommation énergétique ou encore la gestion des déchets. Ces capteurs fonctionnent grâce à un certain nombre de protocoles de communication différents, comme ZigBee, Bluetooth Low Energy (BLE), LoRA ou autres. Chaque nouveau protocole ajoute une couche de complexité supplémentaire et expose le déploiement à une plus grande vulnérabilité face au piratage.

Pour ceux qui s’efforcent d’offrir de meilleurs services, une meilleure qualité de vie et de nouvelles opportunités à leurs citoyens, les villes intelligentes changent la donne. Déployer le Wi-Fi à l’échelle de la ville est une première étape nécessaire pour la concrétisation de tels projets. L’argument commercial est évident, tout comme les bénéfices dont pourront profiter les citoyens. Il s’agit maintenant de faire de ces villes intelligentes une réalité technologique. De l’éclairage intelligent à la gestion intelligente de la circulation et du stationnement, les possibilités sont quasi-infinies.

AUCUN COMMENTAIRE