Si travailler de chez soi quelques jours par mois ou par semaine est de plus en plus pratiqué et accepté, une nouvelle forme de télétravail commence à émerger, dans laquelle les employés peuvent travailler de partout où ils le souhaitent.

En France, 25 % des employés sont en télétravail, selon une étude réalisée par l’Ifop pour le groupe Malakoff-Médéric. Si la plupart du temps, cette nouvelle façon de travailler s’effectue depuis le domicile, les entreprises voient arriver de nouvelles demandes de la part de leurs salariés, qui souhaitent désormais pouvoir effectuer leur travail depuis n’importe où, dès lors qu’ils disposent d’une connexion Internet stable. Il s’agit souvent d’employés désireux de vivre dans une région ou un pays spécifique, par exemple pour suivre leur conjoint ou se rapprocher de leurs parents âgés. Il peut également s’agir de travailleurs entièrement nomades, qui se déplacent régulièrement entre plusieurs pays.

Dans un article publié dans la Harvard Business Review, les chercheurs Prithwiraj (Raj) Choudhury, Barbara Z. Larson et Cirrus Foroughi se sont intéressées à ce nouveau type de télétravail, dénommé Work From Anywhere (WFA). Selon ces derniers, quelques grandes entreprises ont d’ores et déjà déployé des programmes pour répondre à ces demandes. Sans surprise, il s’agit surtout d’acteurs High Tech, comme Akamai ou SAP, mais aussi de l’office américain chargé des brevets (USPTO).

Des avantages plus forts que le simple travail au domicile

Principal avantage de cette forme de télétravail : là où le travail depuis le domicile permet avant tout une flexibilité horaire, utile pour organiser ses journées en fonction de contraintes personnelles, le WFA offre une vraie flexibilité géographique. Il permet également de vivre dans des régions où le coût de la vie est moins élevé.

Les auteurs de l’article ont étudié le cas de l’office américain des brevets. Leurs travaux montrent que les salariés bénéficiant du programme WFA ont vu leur productivité s’améliore de 4,4%, sans diminution de la qualité de leur travail.

5 critères pour des programmes de travail à distance qui fonctionnent

Pour faciliter la mise en œuvre de tels programmes, les entreprises doivent veiller aux points suivants :

  • Accorder une vraie autonomie et une réelle flexibilité aux salariés : exit donc le micro-management tâche par tâche.
  • Imposer l’usage d’outils technologiques communs.
  • Encourager les salariés implantés dans la même région à se rencontrer régulièrement, pour maintenir le sentiment d’appartenance à l’organisation.
  • Réserver plutôt ce type de programme aux salariés expérimentés, les plus jeunes ayant besoin d’acquérir de l’expérience au contact de leurs collègues auparavant.
  • Prendre en compte le type de poste : les mieux adaptés sont ceux avec un fort degré d’indépendance, qui ne nécessitent pas une collaboration régulière avec d’autres salariés.

Source : HBR

AUCUN COMMENTAIRE