Une étude réalisée par Sharp a évalué l’impact financier des réunions inefficaces. Verdict, celui-ci pèse lourd, surtout dans les PME.

En moyenne, les employés de PME passent 25 heures par mois en réunion. Problème, ces derniers considèrent également que celles-ci sont en majorité inefficaces. 85% des collaborateurs estiment ainsi être plus productifs à leur bureau, tandis que 59% d'entre eux se plaignent que ces réunions aboutissent rarement à une action ou à un résultat concret.

Pour les entreprises de taille moyenne, cela se traduit par une perte moyenne de 3 300 euros par an et par employé.

Les répondants évoquent notamment le manque de variété et de flexibilité des réunions pour expliquer leur désintérêt :

  • 83% des collaborateurs français déplorent que toutes les réunions adoptent la même structure, quel que soit le sujet,
  • 66% regrettent que certaines réunions se déroulent dans des salles inadéquates,
  • 71% déclarent que les réunions sont souvent trop formelles.

Des salles peu outillées

Le sous-équipement des salles de réunions, avec des outils inadaptés ou obsolètes, ne favorise pas non plus une collaboration efficace : ainsi, 26% des collaborateurs travaillent encore sur papier, tandis que 35% font leurs présentations sur des chevalets (paperboards) ou des tableaux blancs effaçables.

Enfin, les participants aux réunions subissent bien souvent les conséquences d’une mauvaise organisation ou d’une préparation insuffisante en amont. 30% déplorent ainsi le manque d’information préalable, 31% regrettent des invitations mal ciblées, et 26% reprochent à ces réunions d’accueillir un nombre de participants trop élevés.

Une frontière poreuse entre le temps professionnel et personnel

Confrontés à des réunions ennuyeuses, 32% des collaborateurs en profitent pour répondre à leurs mails, tandis que 15% mettent à jour leur « to-do » liste. Parmi les jeunes employés, entre 18 et 34 ans, 29% passent également du temps sur les réseaux sociaux et 42% en profitent pour discuter avec leurs amis.

Source : étude Sharp

AUCUN COMMENTAIRE