Avec la transformation digitale, les entreprises deviennent de plus en plus exigeantes avec le département IT. Les DSI doivent pouvoir justifier leurs choix, en montrant la valeur de l’IT aussi bien à l’équipe dirigeante qu’aux métiers.

Selon une enquête réalisée par CIO, 81% des DSI font face à une pression importante pour défendre leurs investissements technologiques et en démontrer le ROI. S’il n’est pas toujours aisé de chiffrer précisément les gains attendus à la suite d’un projet IT, il ne faut pas non plus négliger les bénéfices non financiers. Bon nombre d’initiatives IT servent par exemple à étendre les capacités d’innovation de l’entreprise, tandis que d’autres contribuent à la fidélisation et à la motivation des employés.

Identifier les bénéfices métier

Tout projet IT a un impact sur le métier, qu’il s’agit de déterminer. Quand les initiatives IT sont directement liées à un métier, les bénéfices associés sont faciles à identifier. Cependant, même un projet d’infrastructure peut être rattaché aux enjeux métiers, en soutenant par exemple le développement des activités.

Trouver des sponsors côté métier

Les DSI ont tout intérêt à s’appuyer sur des sponsors en dehors de l’IT pour promouvoir leurs initiatives, faute de quoi celles-ci sont uniquement perçues comme un coût. Dans l’idéal, chaque projet IT doit appartenir à un métier. Ces sponsors aideront à la DSI à calculer le ROI.

Travailler en lien étroit avec la direction des opérations et les DAF

Les DSI ont besoin de partenaires en interne pour soutenir leurs initiatives. En dehors des directions fonctionnelles, il existe deux alliés de poids au sein des entreprises : la direction des opérations et la direction financière. Collaborer avec ces derniers permet aux DSI d’affiner leurs calculs de ROI, car tous deux ont une connaissance approfondie et transversale du fonctionnement de l’entreprise.

S’appuyer sur des partenaires externes

Des fournisseurs et consultants bien choisis peuvent aider le DSI à identifier les bénéfices associés à un projet, notamment grâce à leur expérience de projets similaires menés dans d’autres organisations. Les retours d’expérience sont un gisement d’information précieux pour justifier des investissements.

Demander à ses équipes d’identifier le ROI attendu

Les DSI peuvent également impliquer leurs collègues. En demandant à chaque collaborateur de la DSI d’expliquer au préalable les bénéfices métier des solutions qu’ils souhaitent mettre en place, cela facilite le tri entre les initiatives pertinentes et celles qui n’apportent que peu de valeur à l’entreprise.

Démarrer le business case le plus tôt possible

Plus l’étude d’opportunité est réalisée en amont du projet, plus il est aisé pour la DSI d’y voir clair. Pour faciliter ce travail, les DSI ont tout intérêt à rencontrer régulièrement les différents acteurs de l’entreprise, afin d’identifier des points douloureux et des problèmes auxquels la technologie pourrait répondre.

Mettre en place des indicateurs clefs (KPI)

Dès lors qu’il existe des indicateurs clefs sur les principaux processus de l’entreprise, il est plus facile ensuite de mesurer les gains attendus à la suite d’un projet. Chaque amélioration peut également être chiffrée bien plus facilement.

Tester les hypothèses

La réalisation de prototypes ou Proof of Concept (PoC) en amont des projets est aujourd’hui une pratique répandue. Néanmoins, il est toujours utile de rappeler que ceux-ci servent non seulement à évaluer la faisabilité d’un projet, mais aussi à vérifier que les gains espérés peuvent se concrétiser.

Être le plus précis possible

Souvent, les équipes ont tendance à minimiser les bénéfices espérés, en pensant que le projet sera mieux accueilli s’il dépasse les attentes. Inversement, il arrive qu’un projet sois survendu pour obtenir le feu vert des métiers, au risque de décevoir ces derniers ultérieurement. Plus la DSI sait se montrer précise dans ses évaluations, plus les métiers lui feront confiance, ce qui facilitera les choses pour les prochains projets.

Changer la façon dont l’entreprise évalue le ROI

Avec l’essor des méthodes agiles, de la livraison continue et des projets menés directement par les métiers, il est plus complexe qu’auparavant d’évaluer le ROI d’une solution technologique. Les DSI doivent donc changer de paradigme, pour valoriser davantage les bénéfices non financiers, ainsi que ceux qui sont plus difficiles à chiffrer, comme l’impact d’une réduction du taux d’erreurs suite à la mise en place d’un outil de Robotic Process Automation (RPA).

Source : CIO US

AUCUN COMMENTAIRE